Catégorie : Culture (Page 1 of 5)

« Renforcer les pratiques amateurs »

Une politique culturelle municipale doit créer les conditions d’émergence d’une culture populaire et permettre à chacun, notamment les amateurs et semi-amateurs, d’accéder à un espace d’enseignement et d’expression artistiques. Les Parisiens ne doivent pas seulement être des consommateurs de spectacles et d’expositions ; ils peuvent devenir des acteurs de cette politique culturelle, par un renforcement des pratiques amateurs, voire des co investisseurs, notamment de la rénovation du patrimoine, avec des dispositifs de mécénat innovants. Pratiquer un art, c’est également être en capacité de mieux en apprécier ses illustrations. Renforcer les pratiques amateurs de qualité, c’est donc également permettre d’augmenter le public des diffusions culturelles.

Béatrice Lecouturier à propos du Budget de la culture pour 2023

Madame la Maire,

Mes chers collègues,

La ville de Paris ne va pas bien. Tout le monde le reconnaît et ce n’est un secret pour personne. La culture sera donc sacrifiée sur l’autel de votre mauvaise gestion avec un budget en baisse de 4,8 millions dans un secteur déjà durement touché par la pandémie et désormais impacté par l’inflation.

Et pourtant, s’il est un budget qui devrait être sanctuarisé, c’est bien celui de la culture et du patrimoine parisien, plus encore dans la période d’incertitudes que nous connaissons.

La plupart des crédits alloués aux grands établissements culturels comme la Philharmonie ou le Théâtre de la Ville baissent. Ceux de la création artistique et du patrimoine baissent aussi. Il ne reste guère que les musées parisiens réunis dans Paris Musées qui tirent leur épingle du jeu avec un budget stable à 57,3 millions et que nous pouvons féliciter pour la qualité de leur programmation qui a attiré plus de 4 millions de visiteurs à fin octobre.

La machine culturelle parisienne est bien rouillée avec :

  • un Théâtre de la Ville qui réouvrira enfin ses portes au public en septembre 2023. (Après 7 ans de travaux, nous n’y croyions plus.)
  • un théâtre du Châtelet qui se cherche toujours un directeur artistique depuis 2 ans après le départ retentissant de Ruth Mackenzie,
  • des conservatoires qui perdurent leur tirage au sort des inscriptions qui   devait être temporaire,
  • de trop rares bibliothèques ouvertes le dimanche qui privent de nombreux Parisiens d’ un accès élémentaire à la culture.

Bref, une gestion culturelle besogneuse, sans souffle et sans ambition pour une ville comme Paris à l’image de ce budget en baisse qui prouve bien que la culture, quoi que vous en disiez, ne fait pas partie de vos priorités.

Heureusement que de grands investisseurs privés ont encore une ambition culturelle pour notre ville, en témoignent les millions de visiteurs à la Bourse du Commerce, la fondation Louis Vuitton ou l’Atelier des Lumières.

Ce qui chagrine le plus dans votre budget culture est la baisse du budget patrimoine.

Même s’il faut saluer un léger mieux sur l’entretien de certaines églises notamment les tableaux, et il faut saluer à cet égard la volonté de Karen Taïeb et les très bons services de restauration de la Ville de Paris, vous baissez le budget patrimoine alors que vous devriez au contraire l’augmenter.

Chaque Parisien assiste à des travaux cache-misère réalisés au dernier moment, répondant à une urgence absolue du manque d’entretien de notre patrimoine parisien :

Pont des Arts rafistolé, inquiétudes sur l’état de la Tour Eiffel, une place de la Concorde en dégradation, un mobilier urbain non entretenu, autant de sujets d’inquiétude sur la pérennité de ce que nous allons laisser aux générations futures.

Cette baisse du budget patrimonial est d’autant plus préoccupante que notre ville va bientôt accueillir des millions de touristes en 2024 à l’occasion des jeux Olympiques et Paralympiques. Quel visage de Paris allez-vous donner au monde entier ?

Alors que notre ville recèle de trésors enviés de tous, vous ne donnez pas à la ville les moyens de les entretenir.

Alors que le gouvernement présente un budget culturel en hausse de 7%, que la région sanctuarise son budget culture à 100 millions, on retiendra, malheureusement que Paris baisse son budget culture.

Vous avez choisi la culture comme variable d’ajustement à votre budget.

Les Parisiens et le monde de la culture le regrettent.

Je vous remercie.



Béatrice Lecouturier à propos des activistes écologistes dans les musées parisiens – Conseil de novembre 2022

 Mains collées sur les cadres de la Maja nue et la Maja vêtue de Goya à Madrid ou encore sur le somptueux Lacoon au musée du Vatican. Hier encore, un liquide noir a été projeté sur une oeuvre de Klimt à Vienne. 

Ces actions savamment mises en scène par des militants écologistes ont choqué très largement le monde pour remettre la question climatique au centre du débat.

L’art devient donc la nouvelle cible, une mise en danger inconsidérée de chefs d’œuvre. S’attaquer aux musées et aux œuvres célèbres, c’est s’attaquer à l’idée même de la création, à la liberté de tous les publics qui se déplacent dans les musées pour admirer ces chefs d’œuvre, c’est s’attaquer à l’émancipation que nous proposent l’art et la culture.

Au-delà des motivations de ces jeunes activistes, ils sous-estiment largement la fragilité de ces œuvres inestimables et se réfugient derrière l’idée que ces tableaux sont protégés par une vitre. 

Mais cela n’enlève en rien à la gravité de l’acte et  à la volonté de dégrader une œuvre d’art. Cela s’appelle du vandalisme. La volonté de détruire une image pour sa valeur financière, parce qu’elle évoque le pouvoir ou qu’elle attire tous les regards.

Or, c’est une erreur que de vouloir opposer art et lutte contre le réchauffement climatique. 

La France a été épargnée jusqu’à présent par ce mouvement mais des messages sur les réseaux sociaux nous laissent penser que certains collectifs sont prêts à agir quand ils le souhaiteront. Je rappelle que le code pénal français prévoit dans la loi du 15 juillet 2008, que la destruction, la dégradation ou la détérioration d’un immeuble ou d’un mobilier classé ou inscrit au titre des monuments historiques constitue un délit. La peine encourue est de 7 ans d’emprisonnement et de 100 000 euros d’amende.

La ministre de la culture a déjà demandé aux musées nationaux de renforcer les mesures de sécurité pour parer à ces actes de dégradation.

Alors que les voix du monde de l’art s’élèvent de Paris à New York pour condamner ces actes de vandalisme, madame la Maire condamnez-vous également ces actes et pouvez-vous nous dire quelles mesures préventives de protection ont été prises dans les 14 musées parisiens pour protéger les chefs d’œuvre que la ville de Paris possède ?

Maud Gatel à propos d’un hommage à Pierre Soulages – Conseil de novembre 2022

Madame la Maire,

Pierre Soulages, le créateur de l’outre-noir, celui qui a su sublimer le noir grâce à la lumière s’est éteint à l’âge de 102 ans le mois dernier. 

Né à Rodez, les paysages des Causses lui ont donné le goût de la peinture. 

D’abord fraîchement accueillie, sa peinture est bientôt célébrée et plébiscitée dans le monde entier. Ce ne sont pas moins de 110 musées qui présentent aujourd’hui ses œuvres. 

Si l’attachement à ses terres aveyronnaises est connu de tous, la place de Paris dans son œuvre l’est en revanche beaucoup moins. Or, il a eu différents ateliers, soit dans le 14e arrondissement rue Schoelcher ou rue de la Tombe-Issoire, ou dans le 5e arrondissement rue Galande ou rue Saint-Victor. 

C’est la raison de ce vœu par lequel nous demandons qu’en accord bien évidemment avec sa famille, une plaque puisse être apposée sur l’un ou plusieurs de ces ateliers dans lesquels il a su sublimer le noir.

Je vous remercie.

Béatrice Lecouturier sur l’ouverture des bibliothèques municipales le dimanche – Conseil d’octobre 2022

Merci Monsieur le Maire, Monsieur le Maire, mes chers collègues.

La ténacité est une vertu en politique alors, nous déposons à nouveau ce vœu qui demande une accélération dans le processus d’ouverture dominicale des bibliothèques.

Alors, nous le déposons à double titre. Tout d’abord, vous savez que les bibliothèques sont les premiers lieux d’accès à la culture. Bien loin devant la fréquentation des musées, des salles de concerts, des cinémas ou de tout autre lieu de culture. Ce sont les premières clés que l’on donne à chaque individu pour s’emparer de sa propre culture, pour qu’il attrape le virus de la culture.

Mais les bibliothèques sont aussi des lieux de vie, parfois un lieu de refuge, un lieu pour faire ses devoirs ou un lieu de passage parfois. Bref, ce sont des lieux de proximité que vous défendez, chère Carine Rolland, je le sais.

Et puis nous le déposant à nouveau car en fait, nous n’entendons absolument plus parler de ce sujet en commission. Carine Rolland nous annonçait l’ouverture d’une seule bibliothèque le dimanche en 2022.

Au total, nous arrivons donc à neuf bibliothèques ouvertes sur les 74 que compte la Ville de Paris. À ce rythme là, il nous faudra donc 65 ans pour avoir toutes les bibliothèques de la Ville de Paris ouvertes le dimanche.

Alors nous pourrions en plaisanter. Mais cela est un vrai sujet pour notre ville, pour l’accès à la culture pour tous que nous défendons et qui pourtant butte encore.

Voilà pourquoi nous déposerons inlassablement ce vœu, car c’est de l’intérêt de tous les Parisiens et j’espère que vous y apporterez un avis favorable.

Je vous remercie.



« Older posts