Catégorie : Propreté (Page 1 of 5)

« S’attaquer aux incivilités »

Durant la précédente mandature, la Maire de Paris a multiplié les communications à ce sujet (3 en 6 ans), une Mission d’information et d’évaluation sans que la situation en matière de propreté ne soit améliorée. In fine, la Maire se rallie à ce que nous n’avons cessé de demander : une gestion décentralisée de la propreté. Mais cela ne pourra fonctionner que dans un cadre clair, en couplant responsabilité et moyens.
Paris est un mauvais élève en matière de tri – seulement 20,2% des déchets collectés sont recyclés, contre 35% en moyenne chez les autres collectivités territoriales. De plus, alors que la population parisienne diminue, la quantité de déchets ménagers augmente, de 4,6% entre 2014 et 2018. Paris doit prendre le tournant de la réduction des déchets, par la sensibilisation mais également grâce aux équipements de proximité.

Béatrice Lecouturier à propos du rapport de la MIE sur le Bois de Boulogne et de Vincennes

Madame la Maire,

Mes chers collègues,

Je tiens à mon tour à remercier l’initiative du groupe Changer Paris de nous avoir proposé cette MIE sur les bois de Boulogne et de Vincennes et je remercie tout particulièrement sa présidente, Valérie Montandon. Une grande reconnaissance également à son rapporteur, Emile Meunier, de cette mission. Tous les deux ont fourni un travail considérable, mené des débats avec beaucoup, mais je peux vous dire, beaucoup de patience et ont fait preuve d‘un esprit de concorde et de rassemblement inédit pour arriver à l’adoption de ce rapport assorti de ses 68 propositions.

Et pourtant, au départ, ce pari était loin d’être gagné.

De grands remerciements vont également à l’ensemble des services du Bureau des missions de l’Assemblée ainsi qu’ à nos collaborateurs qui ont été très investis sur le sujet. Et je vous en remercie.

Je crois qu’il faut rendre hommage également à l’histoire, et à Napoléon III qui confie au baron Haussmann le soin de créer ces deux grands poumons verts de la capitale et à ses architectes Alphand et Davioud qui les mirent en œuvre. Ils ont été mis en œuvre pour la détente des Parisiens. 

Mais en 2024, en dehors de l’aspect récréatif de détente des Parisiens, ces deux bois représentent un enjeu fondamental dans la réponse aux défis climatiques et environnementaux auxquels est confrontée notre ville.

Vous connaissez notre attachement à la politique de sauvegarde du patrimoine à Paris et notamment celle du petit patrimoine que nous avons fait voter dans cette assemblée. Les deux bois de Boulogne et de Vincennes recèlent de véritables trésors patrimoniaux souvent inconnus et nous avons constaté sur place, leurs très mauvais entretiens. 

Alors, nous demandons un inventaire exhaustif du bâti, un diagnostic de leur état, une rénovation des éléments patrimoniaux les plus en urgence.

Les habitudes de déplacement ont largement évolué avec une diminution notoire des déplacements en voiture dans les deux bois. Nous regrettons par ailleurs qu’il n’ait pas été inclus dans le Plan de mobilité adopté en 2024. Ils avaient pourtant toute leur place. Il faut penser donc à une amélioration de la signalétique dans les bois, un meilleur entretien des trottoirs comme des voies piétonnes et des pistes cyclables. Réfléchir à l’installation de bancs, d’abris bus respectueux du paysage, sans oublier l’installation de toilettes, car c’est bien connu, personne n’a jamais envie d’aller aux toilettes quand il va se promener en famille dans les bois de Boulogne et de Vincennes. Tant mieux, car pour eux, il n’y pas de toilettes ou si peu!

Le sujet des coupes rases dans les bois a été un sujet épidermique entre les pro et les anti coupes rases. Selon les experts, les coupes rases ont de grandes conséquences écologiques : dégradation de la structure des sols en cas de fortes pluies ou de fortes chaleurs. Mais c’est aussi très traumatisant pour les Parisiens de voir des surfaces entièrement arborées, coupées du jour au lendemain, laissant un paysage lunaire à la place. Les arbres ont pris de plus en plus de places protectrices dans nos vies et je comprends que cette méthode choque nos concitoyens.

Nous proposons alors de privilégier la sylviculture irrégulière permettant le couvert forestier et donc de favoriser une régénération des arbres de manière ponctuelle et éparse. Nous proposons également le respect de la biodiversité et de la sécurité par la mise en place d’un éclairage intelligent afin de respecter les trames noires nécessaires à la faune.

Les débats sur la propreté et la sécurité ont été particulièrement houleux selon les sensibilités politiques des différents groupes. La ville de Paris a choisi de diminuer drastiquement le nombre des corbeilles, pour moins de déchets. L’idée peut paraître absolument séduisante. Mais encore faut-il proposer une offre alternative aux Parisiens venus pique-niquer un dimanche ou se retrouver entre amis. Et le compte n’y est pas. Les points de collecte de déchets doivent être repensés et installés aux abords des concessions, des équipements sportifs et sur les grands axes des deux bois.

En ce qui concerne la sécurité, notre groupe tient à saluer tout le travail de prévention et de lien social qu’effectuent les associations. Il existe une forte précarisation des populations dans les bois entraînant une grande violence. A saluer également, le travail de la police municipale et nationale mais avec des effectifs encore insuffisants. 

Enfin un autre grand sujet de friction, la gouvernance des bois avec les communes jouxtant les deux bois. Il y a manifestement une volonté de non-collaboration de la ville de Paris à travailler avec ces communes limitrophes. Notre groupe regrette le manque d’ambition de ce rapport pour mettre en place des conventions bilatérales entre la Ville de Paris et les communes limitrophes.

Bilan donc mitigé pour cette MIE dans la vitalité et l’audace de ses propositions pour satisfaire certains groupes politiques peu désireux à faire avancer ce débat sur des sujets devenus idéologiques.

Cette MIE est une première. Nous serons attentifs bien évidemment à la bonne exécution de ses préconisations. Et nous espérons surtout qu’il y ait d’autres MIE sur les bois de Boulogne et de Vincennes. Ils le valent bien et les Parisiens aussi.

Je vous remercie. 

Maud Gatel à propos du rapport annuel prix et qualité du service public de gestion des déchets 2022

Merci beaucoup monsieur le maire, 

L’occasion de ce débat est toujours extrêmement intéressant parce que c’est d’abord ce rapport annuel, une mine d’information par rapport à la manière dont on appréhende les déchets à Paris, un sujet où malheureusement les Parisiens restent de très très très très gros pourvoyeurs de déchets avec 450 kilos de déchets ménagers assimilés par habitants et par an, en augmentation par rapport à ces trois dernières années, en légère diminution par rapport à 2019, ce qui nous situe bien au delà des autres collectivités que ce soit la Métropole du Grand Paris ou encore d’autres grandes villes comme Lyon par exemple. 

Alors, c’est un sujet qui doit à la fois mobiliser particulièrement la Ville de Paris et également chacun et chacune d’entre nous, puisque finalement on peut tirer de ce rapport, un certain nombre d’enseignements alors d’abord, une amélioration du tri qui certes, insuffisante notamment chez les plus jeunes mais, est absolument significative et puis c’est aussi la traduction et le baromètre du dynamisme de la ville particulièrement par rapport à l’économie mais aussi au tourisme. 

Et puis, plus négativement, l’écho de nos modes de vie sur lesquels il y aurait aussi beaucoup à dire. 

Je voulais aborder 3 points, le premier et on l’a évoqué dans le cadre du débat budgétaire, c’est la question de l’instauration via une expérimentation de la taxation de la fiscalité incitative, c’est un sujet qu’on porte depuis de très nombreuses années et qui nous paraît être absolument indispensable de mettre en place cette expérimentation à l’échelle d’un quartier pour faire des Parisiens de véritables alliés contre le suremballage, contre la surconsommation et contre un certain nombre de nos modes de vies et habitudes de consommation qui sont très négatives pour la planète.

Deuxième point, c’est la mise en œuvre à partir du 1er janvier 2024 de la disposition de la loi Agec qui fixe la généralisation du tri à la source des déchets alimentaires. Alors Paris n’a pas attendu, certes, la loi Agec pour mettre en place un certain nombre de dispositifs notamment des points d’apports volontaires sur 56 marchés, des compostages de proximité mais ça ne concerne que 621 copropriétés, 453 composteurs pour les collectifs, ce qui me paraît très insuffisant au regard de l’ambition qui a été mise par la loi Agec sur l’augmentation très significative de la collecte des biodéchets et il me paraît vraiment nécessaire d’accélérer pour augmenter le tonnage, notamment via l’accompagnement des copropriétés candidates. 

Et puis dernier point c’est évidemment le meilleur déchets c’est celui que l’on ne produit pas et c’est sur justement la place de la réduction des déchets et je voulais revenir sur la question des recycleries ressourceries. Sur cette question, comme sur bien d’autres, malheureusement, les objectifs du précédent plan climat n’avaient pas été atteints. De nouveaux objectifs plus ambitieux ont été fixés dans le plan climat qui a été examiné par notre conseil avant hier et j’invite vraiment à ce que l’accent puisse être mis sur la nécessité d’avoir dans chaque arrondissement et deux par arrondissements à terme de ces lieux, de ces recycleries ressourceries qui sont extrêmement utiles dans une perspective de réduction des déchets. 

Je vous remercie monsieur le maire.

Séverine de Compreignac à propos d’un voeu sur la collecte et la valorisation des bio-déchets – Conseil de juillet 2023

Merci Madame la Maire,

C’est un vœu très modeste que je vais vous proposer, qui a un lien avec le vœu précédent. Nous l’avons voté à l’unanimité au Conseil d’arrondissement du 6ème, je l’ai fabriqué avec Antoinette Kis qui est élue écologiste, Céline Hervieu qu’on n’a pas besoin de présenter ici, et avec un certain nombre de membres de conseils de quartier du 6ème qui sont très volontaires sur ce sujet.

Il s’agit de faire apprivoiser, par les Parisiens, cette obligation qui arrive à grand pas, qui vient dans moins de 6 mois maintenant au 1 janvier 2024, sur la collecte des biodéchets, qui a commencé un tout petit développement donc c’est déjà un premier pied dans la porte, mais il faut maintenant, nous pensons, passer à la vitesse supérieure pour faire entendre aux Parisiens que ça arrive. Donc il faut selon nous : communiquer, communiquer, communiquer, faire travailler la mairie centrale avec les mairies d’arrondissement et essayer de mouiller le plus possible les conseils de quartier parce que nous pensons que c’est bien par eux que peut passer la meilleure habitude possible à cet égard.

Donc voilà j’espère que très modestement ce vœu sera adopté et pourra contribuer à améliorer les choses. Merci beaucoup.

Maud Lelièvre à propos d’un voeu du groupe MoDem, Démocrates et Ecologistes pour le recyclage des mégots de cigarettes

Merci monsieur le Maire.

De sa culture équivalent à la disparition de 200 000 hectares de forêt par an à sa consommation, le tabac est réellement néfaste pour l’environnement. Depuis les années 80, 30 à 40 % des déchets collectés lors des campagnes de nettoyage des villes sont des mégots de cigarette, ce qui revient à peu près au plan mondial à 8 millions de cigarettes jetées au sol par minute.

Selon l’OMS, jeter un mégot de cigarette est un comportement polluant, totalement banalisé. Mais pourtant, par sa composition, c’est un déchet qui comporte plus de toxines qu’il n’y paraît. Il met dix ans à se dégrader et peut contaminer 500 litres d’eau.

C’est d’ailleurs le premier déchet plastique qui pollue les océans. Il y a donc urgence à agir. C’est pour cela que Delphine Bürkli avait engagé, il y a cinq ans une action forte dans le 9ème arrondissement, en installant des cendriers de rue qui sont ensuite collectés par des entreprises d’insertion qui les recyclent, les transforment en matériaux d’isolation ainsi qu’une campagne forte.

Le sens de ce vœu, auquel j’associe ma collègue Séverine de Compreignac, est de pouvoir reporter à l’attention de notre conseil le vœu qui avait été adopté en 2019 indiquant qu’il y aurait des créations de rues sans mégot dans chaque arrondissement dans la capitale, et de rappeler que, en 2020, la loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire a étendu la responsabilité élargie du producteur à l’industrie du tabac. C’est pourquoi il est important de pouvoir agir en ce domaine.

Nous souhaitons, à travers ce vœu, que la mairie de Paris engage davantage d’actions de communication à destination des consommateurs, qu’elle accentue sa collecte des mégots et qu’elle engage de fortes actions en matière de recyclage.

Je vous remercie.



« Older posts