Catégorie : Environnement (Page 1 of 13)

« Réconcilier avec la nature »

La nature doit revenir au centre de nos préoccupations avec un véritable plan de végétalisation apportant fraîcheur et espaces aux Parisiens. La dimension environnementale doit également faire l’objet d’une prise en compte systématique dans les projets d’aménagement. De même, il est fondamental de financer et d’encourager le développement des véhicules propres tout en veillant à prévenir les conflits entre les usagers. Le domaine économique est aussi concerné. Il faut repenser les livraisons et les transports de marchandises de manière à répondre aux attentes des commerçants tout en respectant les contraintes environnementales.

Béatrice Lecouturier à propos du rapport de la MIE sur le Bois de Boulogne et de Vincennes

Madame la Maire,

Mes chers collègues,

Je tiens à mon tour à remercier l’initiative du groupe Changer Paris de nous avoir proposé cette MIE sur les bois de Boulogne et de Vincennes et je remercie tout particulièrement sa présidente, Valérie Montandon. Une grande reconnaissance également à son rapporteur, Emile Meunier, de cette mission. Tous les deux ont fourni un travail considérable, mené des débats avec beaucoup, mais je peux vous dire, beaucoup de patience et ont fait preuve d‘un esprit de concorde et de rassemblement inédit pour arriver à l’adoption de ce rapport assorti de ses 68 propositions.

Et pourtant, au départ, ce pari était loin d’être gagné.

De grands remerciements vont également à l’ensemble des services du Bureau des missions de l’Assemblée ainsi qu’ à nos collaborateurs qui ont été très investis sur le sujet. Et je vous en remercie.

Je crois qu’il faut rendre hommage également à l’histoire, et à Napoléon III qui confie au baron Haussmann le soin de créer ces deux grands poumons verts de la capitale et à ses architectes Alphand et Davioud qui les mirent en œuvre. Ils ont été mis en œuvre pour la détente des Parisiens. 

Mais en 2024, en dehors de l’aspect récréatif de détente des Parisiens, ces deux bois représentent un enjeu fondamental dans la réponse aux défis climatiques et environnementaux auxquels est confrontée notre ville.

Vous connaissez notre attachement à la politique de sauvegarde du patrimoine à Paris et notamment celle du petit patrimoine que nous avons fait voter dans cette assemblée. Les deux bois de Boulogne et de Vincennes recèlent de véritables trésors patrimoniaux souvent inconnus et nous avons constaté sur place, leurs très mauvais entretiens. 

Alors, nous demandons un inventaire exhaustif du bâti, un diagnostic de leur état, une rénovation des éléments patrimoniaux les plus en urgence.

Les habitudes de déplacement ont largement évolué avec une diminution notoire des déplacements en voiture dans les deux bois. Nous regrettons par ailleurs qu’il n’ait pas été inclus dans le Plan de mobilité adopté en 2024. Ils avaient pourtant toute leur place. Il faut penser donc à une amélioration de la signalétique dans les bois, un meilleur entretien des trottoirs comme des voies piétonnes et des pistes cyclables. Réfléchir à l’installation de bancs, d’abris bus respectueux du paysage, sans oublier l’installation de toilettes, car c’est bien connu, personne n’a jamais envie d’aller aux toilettes quand il va se promener en famille dans les bois de Boulogne et de Vincennes. Tant mieux, car pour eux, il n’y pas de toilettes ou si peu!

Le sujet des coupes rases dans les bois a été un sujet épidermique entre les pro et les anti coupes rases. Selon les experts, les coupes rases ont de grandes conséquences écologiques : dégradation de la structure des sols en cas de fortes pluies ou de fortes chaleurs. Mais c’est aussi très traumatisant pour les Parisiens de voir des surfaces entièrement arborées, coupées du jour au lendemain, laissant un paysage lunaire à la place. Les arbres ont pris de plus en plus de places protectrices dans nos vies et je comprends que cette méthode choque nos concitoyens.

Nous proposons alors de privilégier la sylviculture irrégulière permettant le couvert forestier et donc de favoriser une régénération des arbres de manière ponctuelle et éparse. Nous proposons également le respect de la biodiversité et de la sécurité par la mise en place d’un éclairage intelligent afin de respecter les trames noires nécessaires à la faune.

Les débats sur la propreté et la sécurité ont été particulièrement houleux selon les sensibilités politiques des différents groupes. La ville de Paris a choisi de diminuer drastiquement le nombre des corbeilles, pour moins de déchets. L’idée peut paraître absolument séduisante. Mais encore faut-il proposer une offre alternative aux Parisiens venus pique-niquer un dimanche ou se retrouver entre amis. Et le compte n’y est pas. Les points de collecte de déchets doivent être repensés et installés aux abords des concessions, des équipements sportifs et sur les grands axes des deux bois.

En ce qui concerne la sécurité, notre groupe tient à saluer tout le travail de prévention et de lien social qu’effectuent les associations. Il existe une forte précarisation des populations dans les bois entraînant une grande violence. A saluer également, le travail de la police municipale et nationale mais avec des effectifs encore insuffisants. 

Enfin un autre grand sujet de friction, la gouvernance des bois avec les communes jouxtant les deux bois. Il y a manifestement une volonté de non-collaboration de la ville de Paris à travailler avec ces communes limitrophes. Notre groupe regrette le manque d’ambition de ce rapport pour mettre en place des conventions bilatérales entre la Ville de Paris et les communes limitrophes.

Bilan donc mitigé pour cette MIE dans la vitalité et l’audace de ses propositions pour satisfaire certains groupes politiques peu désireux à faire avancer ce débat sur des sujets devenus idéologiques.

Cette MIE est une première. Nous serons attentifs bien évidemment à la bonne exécution de ses préconisations. Et nous espérons surtout qu’il y ait d’autres MIE sur les bois de Boulogne et de Vincennes. Ils le valent bien et les Parisiens aussi.

Je vous remercie. 

Maud Gatel à propos de l’implantation des fontaines à eau dans les établissements recevant du public

Merci Madame la Maire, 

La lutte contre le plastique est une absolue nécessité pour nous-mêmes, pour les nouvelles générations qui ont fait leur entrée dans ce Conseil. Notamment parce qu’on connaît l’impact sur les organismes et sur la biodiversité. 

Alors vous savez la loi AGEC prévoit que depuis le 1er janvier 2022, tous les établissements recevant du public doivent se doter de fontaines à eau or selon une étude l’ONG “No plastic in my sea”, près de la moitié des ERP parisiens ne respectent pas cette obligation et des améliorations en matière de signalétiques pourraient être envisagées pour améliorer justement à la fois l’accès à l’eau et contribuer à lutter contre l’usage des bouteilles en plastique. 

Donc par ce vœu nous vous demandons monsieur le maire de présenter aux conseillers de Paris un état des lieux de l’implantation des fontaines à eau dans les établissements recevant du public et d’exposer plus globalement votre stratégie en la matière. 

Bien évidemment c’est un sujet qui concerne tous les Parisiens et ça concerne aussi les conseillers de Paris puisque nous n’avons plus accès à l’eau compte-tenu des difficultés de fonctionnement de la fontaine de notre conseil depuis deux conseils, je vous remercie par avance.

Béatrice Lecouturier à propos des jardins de Notre-Dame

Merci beaucoup Monsieur le Maire, 

Monsieur le Maire, 

Mes chers collègues, 

Le 8 décembre prochain, le joyau de Notre Dame rouvrira ses portes au public. Un exploit pour tous les amoureux du patrimoine, de Paris, de la France, qui traduit la volonté de savoir-faire de notre pays qui agit face à l’adversité. 

A la suite du tragique incendie, vous aviez annoncé, madame le maire mais monsieur la Maire, le déblocage de 50 millions d’euros pour la restauration de la Cathédrale Notre Dame. Cette somme s’est finalement transformée en une dotation pour un projet, déjà engagé préalablement, de réaménagement du parvis. 

A défaut de tenir vos engagements, nous demandons à Madame la Maire, que ce réaménagement ne soit pas un prétexte pour détruire les jardins de Notre Dame et de l’Ile-de-France. 

Alors que la délibération que nous étudions porte sur l’autorisation de signature d’une convention de transfert de maîtrise d’ouvrage avec le ministère des Armées et avec l’Établissement public EPRND, nous voulons réaffirmer notre position concernant le projet, concernant les jardins de Notre-Dame. 

Après l’avis de la Commission nationale de l’architecture et du patrimoine qui a fait part d’un certain nombre de recommandations, notamment concernant la préservation du patrimoine, notamment du square Jean XXIII, vous avez indiqué retravailler un certain nombre de points et notamment la question des grilles. 

Si nous sommes attachés aux grilles, de ces jardins, de ce square, ce n’est pas contrairement à ce que certains veulent faire croire en lien avec la route. Maintenir les grilles, et ne pas raser les haies d’ifs, dont madame Biraben a parlé, c’est préserver la biodiversité ; maintenir les grilles, c’est assurer et préserver le caractère mémorial du square de l’Ile-de-France puisque les pelouses se situent au-dessus de la crypte du Mémorial des martyrs de la déportation. Et nous réaffirmons notre position : nous n’opposons pas les grandes pelouses ouvertes à tous et les squares. Les deux doivent cohabiter, mais dans le respect de l’identité des lieux. 

C’est la raison pour laquelle nous déposons ce vœu, demandant la préservation des squares Jean XXIII et du square de l’Île-de-France sur le plan patrimonial, mémoriel et au regard de la biodiversité, en espérant que vous pourrez nous rassurer sur tous ces points. 

Je vous remercie.

Maud Lelièvre à propos des risques de canicule pendant les JOP 2024 à Paris

Permettez-moi de commencer par la réaffirmation du soutien des élus de notre groupe à notre collègue Fatoumata Koné. Chère Fatoumata, nous sommes de tout cœur avec toi. 

Madame la Maire, 

Mes chers collègues, 

Nous avons eu l’occasion de le rappeler à de nombreuses reprises au sein de cet hémicycle et la communauté scientifique est unanime : les conséquences du changement climatique sur nos villes est avérées et à Paris ces dernières prennent la forme de canicules qui ont des effets dramatiques sur les habitants et sur l’environnement. 

En tant que rapporteure de la mission d’information et d’évaluation « Paris à 50°C », présidée et initiée par Alexandre Florentin, nous avions anticipé cette question des manifestations sportives, nous y avions d’ailleurs consacré une séance où nous nous étions interrogés sur l’opportunité demain de les organiser de cette façon dans un calendrier estival, dans un monde qui devient brûlant. 

Une étude vient d’être publiée par la revue Npj Climate and atmospheric science, dans laquelle les chercheurs affirment que l’été 2024 pourrait être chaud, très très chaud en région parisienne. Alors sans exagérer c’est un scénario catastrophe qui se prépare avec probablement des températures qui vont dépasser de plus de 4 degrés celle de 2003 en Ile-de-France, scénario anticipé et expliqué par Pascal Yiou du laboratoire des sciences du climat et de l’environnement et auteur principal, un des auteurs principal de cette étude. La publication doit nous interroger encore plus qu’hier sur la catastrophe qui risque de frapper les JO 2024 notamment pour les athlètes qui vont devoir pratiquer leurs sports pendant des heures sous des chaleurs écrasantes. Pour les spectateurs qui frôleront le malaise peut-être dans les files d’attente et puis pour les agents, les bénévoles qui vont devoir travailler dans des conditions inacceptables. 

Pour mémoire, les Jeux olympiques de 2021, avaient été les plus chauds enregistrés depuis 1952. Un seul exemple celui des tennismens qui avaient quitté le terrain dans des fauteuils roulant après des malaises à cause des effets de la chaleur. 

Alors Madame la Maire, avec les JO qui sont prévus pour l’été prochain, nous sommes très inquiets de l’absence de préparation au-delà des signaux d’alerte qui ont été donnés à de multiples reprises dans cet hémicycle. Nous n’avons pas eu la chance contrairement à la presse d’ailleurs d’avoir la présentation de l’exercice de crise demandée par la 8ème commission. Qu’est-il prévu pour les Jeux Olympiques ? Quelles sont les mesures envisagées pour faire face à de tels épisodes de chaleur extrême, en garantissant la sécurité des athlètes et des visiteurs ? Quelles sont les mesures qui sont encore envisageables pour l’été prochain, pas le suivant, mais pour l’été prochain pour les JO, sans courir massivement à des solutions polluantes et énergivores. 

Je vous remercie.

Maud Gatel à propos du rapport annuel prix et qualité du service public de gestion des déchets 2022

Merci beaucoup monsieur le maire, 

L’occasion de ce débat est toujours extrêmement intéressant parce que c’est d’abord ce rapport annuel, une mine d’information par rapport à la manière dont on appréhende les déchets à Paris, un sujet où malheureusement les Parisiens restent de très très très très gros pourvoyeurs de déchets avec 450 kilos de déchets ménagers assimilés par habitants et par an, en augmentation par rapport à ces trois dernières années, en légère diminution par rapport à 2019, ce qui nous situe bien au delà des autres collectivités que ce soit la Métropole du Grand Paris ou encore d’autres grandes villes comme Lyon par exemple. 

Alors, c’est un sujet qui doit à la fois mobiliser particulièrement la Ville de Paris et également chacun et chacune d’entre nous, puisque finalement on peut tirer de ce rapport, un certain nombre d’enseignements alors d’abord, une amélioration du tri qui certes, insuffisante notamment chez les plus jeunes mais, est absolument significative et puis c’est aussi la traduction et le baromètre du dynamisme de la ville particulièrement par rapport à l’économie mais aussi au tourisme. 

Et puis, plus négativement, l’écho de nos modes de vie sur lesquels il y aurait aussi beaucoup à dire. 

Je voulais aborder 3 points, le premier et on l’a évoqué dans le cadre du débat budgétaire, c’est la question de l’instauration via une expérimentation de la taxation de la fiscalité incitative, c’est un sujet qu’on porte depuis de très nombreuses années et qui nous paraît être absolument indispensable de mettre en place cette expérimentation à l’échelle d’un quartier pour faire des Parisiens de véritables alliés contre le suremballage, contre la surconsommation et contre un certain nombre de nos modes de vies et habitudes de consommation qui sont très négatives pour la planète.

Deuxième point, c’est la mise en œuvre à partir du 1er janvier 2024 de la disposition de la loi Agec qui fixe la généralisation du tri à la source des déchets alimentaires. Alors Paris n’a pas attendu, certes, la loi Agec pour mettre en place un certain nombre de dispositifs notamment des points d’apports volontaires sur 56 marchés, des compostages de proximité mais ça ne concerne que 621 copropriétés, 453 composteurs pour les collectifs, ce qui me paraît très insuffisant au regard de l’ambition qui a été mise par la loi Agec sur l’augmentation très significative de la collecte des biodéchets et il me paraît vraiment nécessaire d’accélérer pour augmenter le tonnage, notamment via l’accompagnement des copropriétés candidates. 

Et puis dernier point c’est évidemment le meilleur déchets c’est celui que l’on ne produit pas et c’est sur justement la place de la réduction des déchets et je voulais revenir sur la question des recycleries ressourceries. Sur cette question, comme sur bien d’autres, malheureusement, les objectifs du précédent plan climat n’avaient pas été atteints. De nouveaux objectifs plus ambitieux ont été fixés dans le plan climat qui a été examiné par notre conseil avant hier et j’invite vraiment à ce que l’accent puisse être mis sur la nécessité d’avoir dans chaque arrondissement et deux par arrondissements à terme de ces lieux, de ces recycleries ressourceries qui sont extrêmement utiles dans une perspective de réduction des déchets. 

Je vous remercie monsieur le maire.

Maud Gatel à propos du Plan Climat de Paris 2024-2030

Madame la Maire, 

Mes chers collègues, 

Impossible de ne pas partager l’orientation générale de ces 500 mesures d’autant plus que nous avons voté le précédent plan climat. 

Certes ce plan est avant tout la somme des annonces déjà faites, qui parfois présente même un recul par rapport à ce qui avait été annoncé et dont les nouveautés se résument à la reprise des recommandations de la MIE Paris à 50 degrés. Je voudrais d’ailleurs en profiter pour renouveler mes remerciements à l’attention d’Alexandre Florentin et Maud Lelièvre qui ont mené ces travaux. Dommage, dès lors d’avoir reporté de 6 mois la présentation de ce nouveau plan climat pour ne pas reprendre l’ensemble des recommandations de la MIE pourtant adoptées à l’unanimité. 

Mais au sein de ce document particulièrement dense, il y a un grand absent : les enseignements de la non atteinte des objectifs du précédent plan climat. Parce que oui, énergie, mobilité, air, les objectifs, certes très ambitieux, du précédent plan n’ont pas été atteints. Y compris ceux dépendant exclusivement de la ville. Or, les mêmes objectifs sont réaffirmés. Comment dès lors faire confiance à ce nouveau plan si les manquements du passé ne sont pas analysés et si aucun correctif n’est apporté ? 

Parce que non, Madame la Maire, il n’y a pas d’autres choix possibles. Mais ce qui compte, ce sont les résultats. 

Pour passer de l’incantation à l’action, il faut des objectifs mais aussi les moyens de l’action, un phasage ! Or rien de tout ça. J’ai évoqué déjà hier le décalage entre  les ambitions et le financement par exemple avec l’annonce de 60 cours Oasis alors que le budget ne permet d’en financer que 13. 

Malheureusement, je n’aurais pas suffisamment de temps, mais nous avons déposé un certain nombre de vœux comme nous l’avions fait au moment du PLU et malheureusement l’ensemble de nos vœux avaient été rejetés par l’Exécutif. 

Vous dites « vouloir mettre la nature au cœur des politiques urbaines », évidemment nous partageons mais les enseignements du précédent mandat nous laissent pour le moins circonspects. 

Je rappelle la création nette de végétalisation lors du précédent mandat s’élève à 0,36m2, par habitant, soit bien bien loin des 300 hectares prévus … Et quant à  l’open data, il nous indique que ce sont uniquement 866 arbres qui ont plantés cette année. 

La nécessaire augmentation de l’indice de Canopée nécessite des arbres à maturité, et demande du temps et une protection. Et pour cela, il faut en finir avec les pieds d’arbres en résine qui sont de nature à fragiliser les végétaux et c’est l’objet de notre vœu 32.

Quant à la création de haies linéaires, à nouveau nous y sommes favorables mais c’est totalement orthogonal par rapport à ce que vous prévoyait en supprimant les grilles et les haies de squares. D’où notre vœu 30 : pas de dépose de grilles sans une étude d’impact sur la biodiversité. L’éclairage peut également être un ennemi de la biodiversité c’est la raison pour laquelle dans notre vœu 31, nous demandons de déployer un éclairage intelligent. 

Sur la rénovation thermique : vous avez hier abondé le budget pour le parc social et heureusement, puisqu’une nouvelle fois, les ambitions n’étaient absolument pas alignées avec les moyens budgétaires alloués. Alors c’est un premier pas. Quant aux rénovations énergétiques du privé, il repose sur l’accompagnement, précieux de l’APC, le soutien financier étant le propre d’autres et notamment de l’État. Alors oui c’est un combat partagé et qu’on doit renforcer ensemble plutôt que de s’opposer les uns les autres. 

Alors bien sûr, tout ne dépend pas de l’action de la ville. Mais souffrez que nous pointions l’incapacité de la Ville à remplir les objectifs qui ne dépendent que de vous. Et je pense par exemple à la réduction de 40% de la consommation énergétique du patrimoine, commençons avec les bâtiments publics de la Ville, je rappelle que  la mission confiée à Yves Contassot en 2017 n’a toujours pas été mise en œuvre. 

Madame la Maire, nous ne pouvons pas échouer à atteindre la neutralité carbone et adapter la ville au changement climatique. 

Il n’y a pas de point B, et donc pas de place à l’autosatisfaction quand les objectifs, que vous vous êtes vous-mêmes fixés, ne sont pas atteints. Et quand des décisions aberrantes sur le plan climatique ont été prises. 

Un peu d’humilité, de la méthode, l’alignement de l’ambition et des actions sont les conditions nécessaires pour changer le paradigme. Et manifestement, nous n’y sommes pas. 

Maud Lelièvre à propos du Plan Climat de Paris 2024-2030

Je vous remercie madame la Maire, 

Mes chers collègues, 

Les chiffres sont alarmants, on l’a déjà rappelé hier, le 17 novembre dernier, le Centre européen pour les révisions météorologiques avait enregistré une température globale de plus 2 degrés par rapport à la période de référence et sur le sol parisien, les chaleurs estivales de cet été ont dépassé le précédent record de septembre 2020. 

Paris à 50°C n’est plus une hypothèse et les conséquences sur notre capitale sont humaines, sociales et économiques. 

Les préconisations de la MIE Paris à 50 degrés ont été votées, je le rappelle, à l’unanimité des groupes politiques et elles envoyaient un message fort sur les leviers nécessaires et indissociables à mettre en œuvre. Certains d’entre eux ont certes été reprises dans le Plan Climat, et collectivement nous pouvons nous en féliciter. Mais, il est nécessaire pour répondre à l’urgence d’aller plus loin. Il faut plus de précisions, d’anticipations et de planifications.

Pour rendre Paris résiliente, ce Plan climat doit répondre à trois exigences. 

La première, celle de la protection pleine et entière des populations. La prise en compte des publics vulnérables a fait des progrès par rapport au précédent débat mais les dispositifs mis en place pour accompagner les personnes citées ne sont pas suffisants. Dans l’esprit de la MIE, on avait l’idée d’un plan d’urgence, d’un plan ORSEC à l’image de ceux sur les risques industriels ou les inondations. On ne protège pas une partie de la population, on la protège entièrement. 

Il faut renforcer les plans de protection pour tous les Parisiens avec une mise en accessibilité évidemment là où c’est possible en adaptant les lieux de refuge dans chacun des arrondissements. C’était l’idée du plan Grand chaud que vous avez rebaptisé, l’idée d’une vraie cartographie des refuges comme le rappelait la MIE, c’était une mesure indispensable et prioritaire, à la fois dans des lieux fermés ainsi que dans des lieux ouverts et c’est un constat qu’on partageait avec les écologistes notamment sur l’ouverture des jardins de proximité. 

Vous annoncez également la réalisation d’une étude dans les conclusions qui permettront de lancer un grand plan anti-surchauffe : concrètement quels en sont les objectifs, les critères qui seront mis en place ? Il ne suffit pas d’annoncer des dispositifs, il s’agit d’être précis dans le plan qui va être mis en place et le programme nécessaire à suivre. Il existe par exemple des techniques précises, connues d’isolation des toits qui ont prouvé leur efficacité. La ville a pris beaucoup de retard sur cette question, et ce n’est pas nous qui le disons mais la FNE. 

La Ville annonce également atteindre 100% de toits frais pour les équipements municipaux avec un certain nombre de paliers d’ici 2026. Il a été démontré à plusieurs reprises que l’application des peintures rafraîchissantes ne fonctionnait pas toujours, y compris madame la Maire, par des membres de votre majorité, lors des débats de la MIE. Alors ne cherchons pas dans la technique des solutions miracles mais plutôt dans la sobriété. 

Deuxième exigence, faire de Paris une ville habitable sous 50 degrés en faisant une ville-jardin. C’était la seule solution : la solution mis en avant, prioritaire par le rapport. Végétaliser, rafraîchir massivement l’espace public. Si cet objectif est contenu dans le Plan climat, il reste très flou par rapport aux techniques utilisées pour y parvenir. 

Nous partageons un certain nombre d’objectifs mais mettre en place des revêtements clairs ou poreux avec quelques espaces dédiés aux plantations ne suffit pas. Il est absolument nécessaire de revenir à cette idée de Paris jardin et d’utiliser massivement les solutions fondées sur la nature non pas comme un slogan mais comme une réalité. 

Dernier point d’intention, l’installation des places oasis rafraîchissantes dans tous les arrondissements, qui appartient à cette stratégie de carte de fraîcheur, de lieux de refuge, d’autant plus que notre groupe avait déposé au moment du débat PLU, qui a écarté d’une main, toutes les préconisations de la MIE, l’installation, et cela avait été refusé au moment du vote. 

Indispensable évidemment ces places si elles sont réalisées avec ambition et non à la faveur d’indicateurs sur des tableaux excel comme le sont parfois certaines cours oasis, où planter un arbre suffit. Non, il faut transformer fondamentalement et de façon importante l’ensemble des cours et ainsi que l’ensemble des places mentionnées. 

Enfin dernière exigence, la nécessité d’un plan de financement innovant, ambitieux primordial pour permettre d’atteindre les cibles qui s’attachent à ce plan climat. 

Au mois de novembre dernier, le gouvernement présentait une étude recensant les leviers financiers afin de pouvoir investir notamment dans ces solutions fondées sur la nature, que j’évoquais tout à l’heure. Cette étude s’ inscrit dans la lignée des engagements de l’Etat, mais également dans l’engagement de toutes les villes qui investissent pour l’adaptation des territoires. Mettre la nature au cœur des politiques publiques comme vous l’avez énoncé tout à l’heure dans votre discours, ce n’est pas un slogan. Cela devrait se traduire par des choix d’investissements réels, pluriannuels. Par des progrès évalués par des indicateurs sinon les plans, succèdent aux plans, on l’a déjà évoqué, les solutions techniques cohabitent avec les mal adaptations. 

Ce plan climat est une étape, il doit devenir vraiment une rupture, faute de quoi, Paris, demain, ne sera plus habitable. 

Je vous remercie.

Maud Gatel à propos de la restriction d’accès à l’Aquarium de Paris

 

Merci beaucoup Madame la Maire,

Quelques jours avant le 14 juillet, l’Aquarium de Paris s’est retrouvé dans le périmètre de sécurité du feu d’artifice édicté par la Ville de Paris, sans aucune information préalable à destination de l’aquarium et de ses salariés.

Donc à la veille du 14 juillet, les visiteurs, bien entendu, n’avez plus accès, mais également les employés, privant ainsi les milliers de poissons de soins. Il a fallu une décision en urgence du Tribunal administratif pour permettre à une équipe de soigneur de venir nourrir les 13 000 poissons de l’Aquarium de Paris. 

Le Tribunal administratif de Paris a demandé à la Ville d’autoriser sans délai une équipe restreinte à accéder aux lieux.

Heureusement que la justice est allée extrêmement vite. Mais évidemment on se pince pour croire qu’on ait pu imaginer que 13 000 poissons soient laissés sans soins et sans nourriture pendant plusieurs jours.

Comment cela est-il compatible avec la stratégie « animal en ville » ?

Et donc c’est l’objet de ce vœu, comprendre ce qui a pu se passer pour que cela ne se reproduise jamais et également prévoir des plans de continuité d’accès de l’ensemble des lieux abritant des animaux.

Je vous remercie.

Béatrice Lecouturier à propos des opérations évènementielles dans les espaces verts parisiens

 

Tout d’abord, je tiens à remercier le groupe Changer Paris de proposer le thème de la régulation des évènements dans les espaces verts car ce manque d’encadrement pose un véritable problème dans notre ville.

En réalité, mais comme vous le faites pour tous les sujets qui touchent notre espace public, vous ne savez pas ou ne souhaitez pas encadrer les choses ou même si vous le faites, vous ne le faites pas respecter. L’exemple des trottinettes restant l’exemple d’échec le plus criant.

Concernant les événements dans les espaces verts, deux problèmes principaux se posent. Le premier, le respect des espaces verts et le second la transparence des redevances.

Les pelouses du Champ de Mars sont le triste symbole de votre échec à entretenir les espaces verts après un événement, ou à entretenir tout simplement un espace vert.

Combien de photos ont fleuri sur les réseaux sociaux, combien de Parisiens et de touristes sont choqués de voir comme ce lieu magnifique est maltraité, méprisé et abandonné.

Ce champ de Mars est bien devenu un champ de guerre avec vous.

La perspective entre la Tour Eiffel et l’École Militaire reste une des plus belles de Paris et pourtant, vous la détruisez en multipliant les évènements, privant de ce fait les Parisiens de profiter d’une grande partie de ce jardin pendant les montages puis les démontages qui prennent beaucoup de temps, avant et après les spectacles. Le dernier défilé gratuit de L’Oréal qui a eu lieu dimanche soir en est la parfaite illustration puisque les montages, donc la privation de profiter de l’espace pour les Parisiens et les touristes, ont commencé 2 semaines avant le défilé.

La multiplication des évènements entraîne également un piétinement des pelouses les fragilisant et ne pouvant se régénérer d’un événement à l’autre. Elles ne peuvent encore moins le faire puisque aucun entretien ne leur est apporté. Donc elles disparaissent. Ce sont bien de grandes étendues de poussière caillouteuse qui remplacent peu à peu les pelouses au Champ de Mars. Et nous ne pouvons que nous en attrister.

Alors nous approuvons bien sûr cette proposition du groupe Changer Paris, et nous apportons nous-mêmes des préconisations complémentaires si vous le permettez,  en demandant qu’une étude d’impact environnementale soit effectuée avant chaque événement de taille importante, que les effectifs de la DEVE, même s’ils font un très beau travail, soient renforcés pour l’entretien des parcs et jardins de la Ville de Paris.

Nous demandons également de compléter la charte des évènements écoresponsables en y intégrant le strict respect des espaces verts qui n’est pas mentionné dans la charte ainsi que les exigences de recyclage et environnementales.

Enfin je terminerai mon propos sur les redevances du domaine public car j’avais déjà  posé une question d’actualité à ce sujet au nom de notre groupe Modem. La transparence doit être au cœur de ces redevances, la transparence qui n’est pas encore le cas aujourd’hui. Nous avions demandé une liste précise des événements, les sociétés retenues et les montants de chaque redevance, pour chaque évènement, mais vous avez refusé de la faire passer aux conseillers de Paris, ce que nous regrettons.

Ce n’est pas notre conception de la transparence.

Optons donc pour une qualité des évènements dans les espaces verts avec une attention toute particulière portée à la remise en état des lieux, vérifier et sanctionner si ce n’était pas le cas avec une transparence totale sur les redevances perçues par la Ville de Paris.

Je vous remercie.

Maud Gatel à propos d’un voeu pour le maintien des grilles du square de la tour Saint-Jacques – Juillet 2023

Merci beaucoup Monsieur le Maire, 

La Maire de Paris, dans un entretien à la presse, a annoncé la transformation de la place du Châtelet et la renomination du Théâtre de la Ville en théâtre Sarah Bernhardt, suivant ainsi le vote d’un voeu porté par notre collègue Fadila Mehal, que je souhaite ici remercier pour son action. 

Dans cette même interview, la Maire de Paris a aussi annoncé son intention de retirer les grilles du square Saint-Jacques. Alors pourquoi ? 

Finalement cela fait écho aux propos, à l’instant, tenus par mon collègue Pierre-Yves Bournazel : pourquoi retirer les grilles ? Pour transformer ce square, autour de la tour Saint-Jacques, en une pelouse, ouverte jour et nuit. 

Une nouvelle fois, et cela fait aussi écho au débat que nous avons eu lors du précédent Conseil de Paris sur les squares de l’Île-de-France et de Notre-Dame, ce qui fait l’identité parisienne, pourquoi vouloir à ce point la détruire ? 

Dans la ville peuvent parfaitement cohabiter des squares et des pelouses. Pourquoi donc vouloir tout uniformiser ? Pourquoi vouloir détruire ce qui fait l’identité de Paris et mettre en jeu la biodiversité en supprimant les haies et les bosquets ?

Donc par ce vœu nous demandons à la Ville de revenir sur son souhait de retirer les grilles du Square Saint-Jacques. 

Je vous remercie.

« Older posts