Étiquette : international

Maud Gatel à propos des missions en France et à l’étranger des membres du Conseil de Paris

Merci beaucoup Monsieur le Maire,

Cela a été rappelé, il a fallu attendre les interrogations liées au Tahiti Gate pour que la Maire de Paris accepte de rendre compte au Conseil de Paris de ses propres déplacements et des déplacements de l’exécutif en France et à l’étranger. Une transparence qui devrait être naturelle, dont font preuve les collectivités qui nous entourent. La maire est certes habilitée, cela a été rappelé, par notre Conseil de Paris, dans une délibération de 2020 réitérée à l’instant, à déterminer la composition des délégations du Conseil de Paris représentant la Ville de Paris en France et à l’étranger à établir les ordres de mission des membres de ces délégations. Cela ne l’affranchit néanmoins pas de rendre des comptes.

Alors nous ne pouvons que saluer cette démarche tardive, mais le document qui nous a été transmis finalement pose beaucoup plus de questions qu’il n’apporte de réponses et cela a été évoqué, notamment en matière d’opportunité, d’objectif, de coûts.

Certains déplacements et les seules informations données dans ce tableau démontrent combien ils apparaissent totalement dans les prérogatives et les périmètres d’action des adjoints. Certains beaucoup moins et c’est la raison pour laquelle nous réitérons notre souhait de voir le Conseil de Paris voter des mandats spéciaux ce qui permettrait d’évoquer en amont les déplacements, les objectifs assignés, mais pour cela peut-être faudrait-il que la Maire nous réunisse davantage que 6 fois par an.

Je vous remercie.

Maud Gatel à propos de la subvention pour une aide d’urgence aux populations sinistrées de Gaza

Merci beaucoup Madame la Maire,

Le 07 octobre, Israël a subi une effroyable attaque de la part du mouvement terroriste du Hamas. 1200 tués, des centaines de blessés, et encore 136 otages. Bien sûr Israël a le droit, comme l’ensemble des Etats, à la sécurité et Israël a le droit de se défendre. 

Israël continue d’exiger la libération des otages, et ce, sans conditions. Mais tout cela doit se faire, dans le respect du droit international. Or, nous le savons, la population gazaouie paye un très lourd tribu. On le sait également, la population gazaouie est aussi victime du Hamas. Dès lors, il est particulièrement important que la France, que Paris, s’engage à la fois sur le volet diplomatique et sur le volet  humanitaire. Dans la lignée de ce qui a toujours été la position de notre pays, une solution à deux Etats, avec les garanties indispensables pour la sécurité de chacun. 

La France a appelé à travers le vote de différentes résolutions à l’ONU en faveur de la cessation des hostilités. Elle a également appelé à mettre fin aux violences en Cisjordanie. 

Parallèlement des dizaines de milliers de morts, une situation humanitaire effroyable, la France a organisé une conférence humanitaire internationale permettant de lever plus d’un milliard d’euros, elle-même contribuant à hauteur de 100 millions d’euros pour l’aide humanitaire. Ce sont 1000 tonnes de fret humanitaire qui ont été acheminées et quant à la mission Dixmude elle a permis de soigner l’équivalent de 1200 patients. 

Notre action résolue sur le volet diplomatique comme humanitaire doit se poursuivre, nous appelons à la cessation du conflit, à la libération des otages et nous voterons en faveur de cette délibération. 

Je vous remercie. 

Maud Gatel à propos de l’attribution de la citoyenneté d’honneur de Paris aux otages du Hamas

Merci Madame la Maire,

Mes chers collègues, 

Le 07 octobre dernier, l’attaque barbare, de l’organisation terroriste Hamas a raisonné chez chacun d’entre nous comme une déflagration. 

Un chagrin et une colère immense nous ont saisis. 

Traqué, violé, assassiné, parce que juif. 

J’appartiens, comme beaucoup d’entre nous ici, à une génération qui s’est construite en se disant plus jamais cela. Alors assister impuissant au plus grand massacre antisémite de ce siècle, impose force et unité. 

Non, jamais rien ne saurait justifier une telle barbarie. Aucune décision politique, aussi contestée et contestable soit-elle, ne peut justifier le terrorisme. 

Oui, nous devons œuvrer pour une paix durable, fondée sur la solution à deux Etats. Seul à même de garantir les peuples, tous les peuples à vivre en sécurité. Hier, dans la cour des Invalides, la Nation a rendu hommage aux 42 Français victimes de la barbarie. Ces visages, ces 42 visages, ces vies brisées. Sans oublier les 135 otages, dont les trois français Orion, Ohad et Ofer. Alors au nom du groupe MoDem, je veux naturellement saluer les familles, leur courage, leur détermination ainsi que monsieur le président du consistoire et monsieur le président du CRIF. Mesdames, Messieurs, face à la barbarie notre condamnation est totale. Face à l’antisémitisme, jamais disparu mais s’exprimant désormais de manière éhontément décomplexée, nous sommes inflexibles pour lutter contre la haine. Soyez assurés de notre détermination à continuer d’œuvrer pour la libération des otages sans conditions. Comme la France, Paris doit rester inflexible sur ses valeurs et je voudrais Madame la Maire, vous remercier sincèrement à la fois pour vos mots mais également pour vos actions depuis le 07 octobre dernier et pour l’organisation de ce débat. 

Mesdames, Messieurs, Paris se tient à vos côtés. 

Je vous remercie. 

Maud Gatel à propos de l’aide d’urgence pour deux associations humanitaires (Israël/Gaza)

Le 7 octobre dernier au petit matin, le Hamas, rejoint dans son entreprise terroriste par le Djihâd islamique, ont méthodiquement traqué, violenté, assassiné femmes, hommes, enfants, personnes âgées et nouveau-nés.

Dans le désert du Néguev, ce sont 270 jeunes gens qui ont été sauvagement assassinés. Dans cette rave-party, un nombre de victimes équivalant à 2 fois le 13 novembre 2015. Dans les kibboutz de Kfar Aza et Be’ri, des habitants, encore dans leur lit, ont été violés, massacrés, brûlés… Des heures d’exactions, diffusées en direct sur les réseaux sociaux, parfois même envoyées aux familles des victimes…

Terroriser tout un peuple. Pour le faire disparaître.

Au total, ce sont 1 400 personnes tuées, 240 otages aux mains du Hamas, des centaines de blessés, 40 familles françaises endeuillées et 9 de nos compatriotes dont on a perdu la trace… Soit l’attaque la plus meurtrière contre des civils dans l’histoire d’Israël.

Face à de telles atrocités, nous rappelant les pires heures de l’Histoire, nous pensions que les condamnations du terrorisme du Hamas seraient unanimes et immédiates, franches et sans tergiversation. Au lieu de cela, certains ont cherché des excuses, poussant l’ignominie jusqu’à qualifier la barbarie du Hamas d’acte de résistance.

Il ne peut y avoir de justification au terrorisme. Jamais. En chercher, c’est déjà excuser.

Oui, la tragédie du 7 octobre s’inscrit dans un contexte. Nous avons suffisamment dénoncé l’abandon du processus de paix, la politique va-t-en-guerre de Benyamin Netanyahu et de ses alliés d’extrême-droite, l’affaiblissement voulu de l’Autorité palestinienne pour ne pas le réaffirmer aujourd’hui.

Mais rien, jamais, ne justifiera le recours au terrorisme.

Dans le but d’éliminer le Hamas, Israël a lancé une contre-offensive. Oui Israël a le droit à la sécurité et à se défendre à condition que cela soit fait dans le respect du droit international.

La riposte israélienne contre le Hamas dans la bande de Gaza, par nature particulièrement périlleuse, le Hamas se servant des Palestiniens comme de boucliers humains, fait des milliers de victimes, y compris civiles.

Et le blocus – tant de la part d’Israël que de l’Égypte, rend la vie impossible : eau, électricité, essence, médicaments, la population manque de tout. Face au drame en cours, nous ne pouvons rester sans voix, ce serait ajouter à l’horreur du 7 octobre le déshonneur d’une réponse sourde à la situation des civils gazaouis. 

Israéliens et Palestiniens ont le droit de vivre en sécurité et tous les leviers doivent être mobilisés pour protéger les populations civiles : l’aide humanitaire doit pouvoir arriver massivement grâce au déblocage de la porte de Raffah, le levier diplomatique continué à être utilisé pour libérer les otages et trouver une issue à ce meurtrier conflit tout en assurant la sécurité du peuple israélien et du peuple palestinien.

Et même si la tragédie actuelle rend difficile toute projection, c’est aussi des perspectives qu’il nous faut tracer. Seuls deux États permettront aux Israéliens de vivre librement et en sécurité.

Il n’y aura de paix qu’avec la solution à deux États. Et il y aura deux États quand il y aura la paix. La paix est donc un devoir.

Condamner la barbarie terroriste.

Agir pour la libération immédiate des otages.

Réclamer une réponse juste d’Israël pour qu’elle soit forte. Faire respecter les droits des populations gazaouie et cisjordanienne.

Œuvrer pour la paix, seule solution pour la région, avec tous ceux qui peuvent y contribuer.

Dans la droite ligne de la position historique française, ce discours aurait dû être celui de tous les Républicains. Il a été le vôtre madame la Maire ce matin et je vous en remercie.

Sommes-nous devenus à ce point devenus hémiplégiques qu’il serait impossible de condamner le terrorisme si on promeut la solution à deux États ?

Sommes-nous devenus à ce point devenus hémiplégiques qu’il serait impossible de demander le respect du droit international sans condamner de tout notre être les crimes du Hamas ?

Le débat public serait-il devenu tellement manichéen qu’il faudrait choisir un  camp ? 

Nous nous y refusons.

Des irresponsables politiques, par calcul politique ou par idéologie, ont surfé sur ces raccourcis qui ont fait jaillir une parole, qui n’avait jamais disparue dans notre pays, sous l’effet notamment des coups de butoir de l’extrême-droite.

Cette haine des Juifs, parce que Juifs, en France.

En 5 semaines, le nombre d’actes antisémites dans notre pays est trois fois supérieurs à ceux déplorés aux cours de l’année 2022. Depuis le 7 octobre, ce sont 257 actes antisémites qui ont été recensés à Paris et en petite couronne, plus de 1200 au niveau national. Nous dénonçons avec la plus grande force la résurgence de la bête immonde qui s’affiche sur nos murs.

Les menaces, les insultes, les agressions antisémites se sont multipliées.

A l’horreur de l’attaque du 7 octobre, de la perte de membres de leur famille parfois s’ajoute désormais la peur, en France, pour nos concitoyens de confession juive. Or comme l’a rappelé le Président de la République, « La France où les Juifs ont peur n’est pas la France. »

La situation internationale, aussi tragique soit-elle, ne sera jamais une justification à l’antisémitisme. La condamnation face à ces actes doit être unanime. Et la République ne tremblera pas à l’heure de condamner les auteurs de ces faits.

Je veux à mon tour remercier la préfecture de police ainsi que tous les agents de la ville de Paris pour leur diligence à œuvrer dans le cadre de ces actes intolérables. Car s’attaquer à une personne de confession juive, c’est s’attaquer à la République. C’est le message des marches qui se sont déroulées dans toute la France le 12 octobre dernier pour défendre la République et lutter contre l’antisémitisme et à travers elle, toutes les luttes contre la haine de l’autre que certains ont une nouvelle fois cherché à décrédibiliser, utilisant le terme de « prétexte ». Lutter contre l’antisémitisme en France n’est en rien soutenir la politique de Benyamin Netanyahu, c’est simplement rappeler ce qu’est la France.

L’antisémitisme, comme toutes les haines, est un symptôme des maux de notre société. Quand il progresse, montent avec lui tous les dangers.

C’est d’un sursaut républicain dont nous avons besoin. Soyons à la hauteur de la gravité de la situation tant internationale qu’intérieure. Ne laissons personne exploiter à son profit des sujets aussi fondamentaux. Lorsqu’il s’agit de l’essentiel, il n’y aucune place pour l’instrumentalisation et le relativisme.

Aux Républicains de le clamer haut et fort.

Je vous remercie.