Étiquette : Maud Gatel (Page 1 of 23)

Maud Gatel à propos de la votation et de la tarification des SUV

Merci beaucoup Monsieur le Maire.

Mes chers collègues,

Alors je regrette que la Maire de Paris ne soit pas là parce que je crois que ça aurait été utile compte-tenu des griefs que j’ai à lui faire mais je ne doute pas que vous lui en parlerez.

Alors petit retour en arrière, pour tenter de reprendre la main dans le cadre du Tahiti Gate, la maire de Paris a annoncé – en s’affranchissant de notre conseil, mais nous en avons l’habitude – l’organisation d’une consultation citoyenne appelée “Plus ou moins de SUV à Paris ?”. 

Une question évidemment caricaturale. Qui voudrait plus de SUV à Paris ? Pas nous en tout cas. Les voitures ont enflé ces dernières années, vous avez raison M. Badina, leur poids a augmenté et leur taille pose des questions d’encombrement de la voirie et est un enjeu de sécurité routière dans nos rues. C’est un enjeu pour le marché automobile. C’est un enjeu de partage de l’espace public et de sécurité routière. Et c’est un enjeu en matière de pollution de l’air pour les véhicules thermiques, beaucoup moins quand ils sont électriques.

Néanmoins, les Parisiens ont boudé ce scrutin puisque seuls 78 000 Parisiens se sont déplacés, soit pas moins de 5,68% du corps électoral, 2 points de moins que la précédente votation. Mais le résultat fut loin du raz-de-marée attendu car celles et ceux qui se sont déplacés ont bien vu que la question n’était pas “Plus ou moins de SUV ?” mais bien “Pour ou contre l’explosion des tarifs de stationnement”. 225 € pour 6 heures dans le centre de Paris, un tarif prohibitif qui devrait faire le bonheur des concessionnaires de parking souterrains.

La communication afférente à la votation volontairement trompeuse a d’ailleurs été critiquée, et c’est un fait assez rare pour être noté, par la commission de déontologie de la Ville de Paris qui a indiqué dans son rapport, publié très tardivement, qu’une attention particulière devait être portée à l’intelligibilité de la question et à la clarté des messages de communication faits à son sujet, dénonçant en creux l’instrumentalisation de la communication de la votation par la Ville.

Mais ce n’était que le début. Madame la maire, vous avez décidé seule, y compris sans votre exécutif, d’ajouter à la délibération que nous étudions cet après-midi une dimension qui ne figurait pas dans la question où dans le règlement de la consultation. Pire, que Madame la maire vous-même vous aviez écartée : faire payer un stationnement résidentiel à ceux qui en sont actuellement exonérés, c’est-à-dire les détenteurs de véhicules électriques ou hybrides.

Devant l’émoi suscité par une décision ajoutée à la dernière minute et jamais débattue, vous avez fait marche arrière en catastrophe avec un amendement de suppression de la disposition controversée que vous nous avez transmis ce matin.

Mais le mal est fait. Quelle confiance désormais accorder aux démarches de démocratie participative ? La démocratie participative est pourtant un formidable levier pour revivifier notre démocratie actuellement mise à mal. La complexité du monde, les crises multiples, la désinformation affaiblissent notre démocratie quotidiennement et partout dans le monde les populismes progressent, apparaissant comme une réponse certes simpliste aux difficultés économiques, sociétales voire morales.

A l’issue de la votation, vous avez déclaré “C’est la démocratie qui l’emporte !” Mais quelle démocratie ? Celle qui consiste à instrumentaliser un sujet sérieux avec une communication simpliste ? Celle consistant à faire dire aux Parisiens ce qu’ils n’ont jamais dit, pour la bonne et simple raison qu’ils n’ont pas été interrogés sur le sujet ? Comme vous, nous considérons que notre démocratie est en danger, qu’elle est mortelle et que tous les démocrates devraient lutter ensemble contre son affaiblissement et non nourrir la défiance. Or, en agissant de la sorte, vous avez contribué à la nourrir. Défendre la démocratie, c’est d’abord la respecter. La démocratie représentative comme la démocratie participative, elle s’abime suffisamment sans qu’on ait besoin de l’instrumentaliser ou de la tordre.

Je vous remercie.

Maud Gatel rend hommage à Lucien-Louis Bayle

Merci Madame la Maire,

Lucien-Louis Bayle est décédé le jeudi 7 mars 2024 à l’âge de 85 ans. Il a été un grand serviteur de l’Etat, un élu engagé et un défenseur de la mémoire.

Dans sa jeunesse, Lucien-Louis Bayle sert dans l’armée. En novembre 1959, il est appelé, alors qu’il est en train de passer le baccalauréat, à se présenter à la caserne du deuxième régiment de marche du Tchad à Pontoise. Après avoir effectué son service militaire, il obtient le grade de caporal et passe son brevet d’aptitude. Il ressort major de la promotion. Il part à Cherchell en Algérie où il devient chef de section. Puis il est promu lieutenant de réserve honoraire en 1963.

Son dévouement au service de la patrie se poursuivra avec un engagement dans l’associatif comme président de l’UNC Paris 20e, UNC Paris ou encore UNC national, et comme membre du Haut Conseil aux rapatriés de 2005 à 2009 et président de l’association France-Tunisie.

A son retour dans la vie civile, après une formation juridique en droit public, il mène sa carrière dans l’administration publique. Il est nommé administrateur civil au tour extérieur de l’ENA et par la suite, il est amené à prendre des postes clés à France Télécoms ou encore au cabinet du ministre des PTT avant de rejoindre l’administration parisienne.

Il s’implique en parallèle de sa carrière professionnelle dans l’action municipale, notamment comme adjoint au maire du 20e arrondissement, élu sur la liste “Union pour Paris” conduite par Didier Bariani. Il travaillera notamment, main dans la main, avec Bernard Lehideux.

Lucien-Louis Bayle était profondément engagé dans les questions d’éducation. Sa participation active à l’association des parents d’élèves pour la pédagogie et son rôle en tant que personnalité qualifiée au conseil d’administration du lycée Hélène Boucher témoigne de son engagement pour améliorer le système éducatif et enrichir la vie scolaire des petits Parisiens. Reconnu par ses pairs et par la nation, il a été décoré des palmes académiques et a reçu la médaille d’argent de la jeunesse, des sports et de l’engagement associatif. Par décret du 14 juillet 2023, Lucien-Louis Bayle avait été promu officier dans l’ordre de la Légion d’Honneur et il a reçu les insignes, au Sénat, des mains du préfet Patrice Molle, en présence de Didier Bariani, du général Longuet, président de l’Union Nationale des Combattants.

Administrateur hors-classe, Lucien-Louis Bayle a marqué ses contemporains comme un élu dévoué et attachant.

Les élus du groupe MoDem, Démocrates et Écologistes adressent à sa famille, son épouse et son fils nos plus sincères condoléances.

Je vous remercie.

Maud Gatel rend hommage à Jean-François Pernin

Merci Madame la Maire, 

Mes chers collègues,

Jean-François Pernin nous a quittés le 12 février dernier à l’âge de 82 ans. C’était un homme de conviction, de dévouement, de fidélité qui a consacré sa vie à ses concitoyens.

Grand journaliste notamment au quotidien Le Monde, où il était spécifiquement chargé de l’information parisienne, Jean-François Pernin était une figure reconnue dans le domaine de l’information en France. 

En parallèle de sa carrière professionnelle, la politique l’a rattrapé. Il s’est engagé activement dans la vie publique succédant à son père, il a été élu maire du 12ème arrondissement en 1995, d’un dévouement total pour ses administrés, ancré dans la vie de son quartier, il était également porteur d’une vision pour notre ville. Ce fut notamment le cas avec son projet de transformation de la petite ceinture, en un lieu dédié à la promenade, aux cyclistes et aux loisirs, s’étirant de l’avenue Daumesnil jusqu’à la place de la Bastille.

Défenseur infatigable des espaces naturels tels que le Bois de Boulogne ou le Bois de Vincennes, Jean-François avait à cœur de préserver ces poumons verts au sein de notre métropole. Son combat pour le reboisement, la réhabilitation des paysages et la réduction de la pression automobile lui était reconnu. 

Il témoignait ainsi de sa volonté de souligner la continuité entre la vie urbaine et les paysages, faisant de Paris une ville où la nature n’est pas simplement un décor, mais un élément intrinsèque de son identité.

Au cours de son mandat, il a notamment inauguré les aménagements de la Seine de Bercy. Des travaux réalisés sur une période de 15 ans comprenant la construction de 15 000 logements dont 13 000 logements sociaux, sans tours ni barres d’immeubles. Ce projet s’est également accompagné de la création d’un parc, de 3 écoles, de 2 crèches, contribuant ainsi à améliorer la qualité de vie des habitants du 12ème arrondissement.

Il était également un ardent défenseur de l’inclusion et de la diversité. Il croyait en l’universalité de Paris, ville accueillante pour les personnes de toutes origines. Son plaidoyer pour l’intégration des étrangers dans la lutte contre les discriminations reflétait sa vision d’une société juste et ouverte, où chacun trouve sa place. 

Membre de l’UDF puis du MoDem, il était profondément attaché aux valeurs humanistes. D’une fidélité rare, il apportait à de nombreuses reprises les couleurs du centre dans son cher 12ème arrondissement, y compris lorsque des décisions malvenues auraient pu l’en empêcher. 

Les élus du groupe MoDem, Démocrates et Écologistes adressent à sa famille, et notamment à ses enfants, Frédéric, Benoît et Jean-Mathieu et à leurs proches leurs plus sincères condoléances. 

Je vous remercie.  

Maud Gatel à propos de la subvention pour une aide d’urgence aux populations sinistrées de Gaza

Merci beaucoup Madame la Maire,

Le 07 octobre, Israël a subi une effroyable attaque de la part du mouvement terroriste du Hamas. 1200 tués, des centaines de blessés, et encore 136 otages. Bien sûr Israël a le droit, comme l’ensemble des Etats, à la sécurité et Israël a le droit de se défendre. 

Israël continue d’exiger la libération des otages, et ce, sans conditions. Mais tout cela doit se faire, dans le respect du droit international. Or, nous le savons, la population gazaouie paye un très lourd tribu. On le sait également, la population gazaouie est aussi victime du Hamas. Dès lors, il est particulièrement important que la France, que Paris, s’engage à la fois sur le volet diplomatique et sur le volet  humanitaire. Dans la lignée de ce qui a toujours été la position de notre pays, une solution à deux Etats, avec les garanties indispensables pour la sécurité de chacun. 

La France a appelé à travers le vote de différentes résolutions à l’ONU en faveur de la cessation des hostilités. Elle a également appelé à mettre fin aux violences en Cisjordanie. 

Parallèlement des dizaines de milliers de morts, une situation humanitaire effroyable, la France a organisé une conférence humanitaire internationale permettant de lever plus d’un milliard d’euros, elle-même contribuant à hauteur de 100 millions d’euros pour l’aide humanitaire. Ce sont 1000 tonnes de fret humanitaire qui ont été acheminées et quant à la mission Dixmude elle a permis de soigner l’équivalent de 1200 patients. 

Notre action résolue sur le volet diplomatique comme humanitaire doit se poursuivre, nous appelons à la cessation du conflit, à la libération des otages et nous voterons en faveur de cette délibération. 

Je vous remercie. 

Maud Gatel à propos de l’attribution de la citoyenneté d’honneur de Paris aux otages du Hamas

Merci Madame la Maire,

Mes chers collègues, 

Le 07 octobre dernier, l’attaque barbare, de l’organisation terroriste Hamas a raisonné chez chacun d’entre nous comme une déflagration. 

Un chagrin et une colère immense nous ont saisis. 

Traqué, violé, assassiné, parce que juif. 

J’appartiens, comme beaucoup d’entre nous ici, à une génération qui s’est construite en se disant plus jamais cela. Alors assister impuissant au plus grand massacre antisémite de ce siècle, impose force et unité. 

Non, jamais rien ne saurait justifier une telle barbarie. Aucune décision politique, aussi contestée et contestable soit-elle, ne peut justifier le terrorisme. 

Oui, nous devons œuvrer pour une paix durable, fondée sur la solution à deux Etats. Seul à même de garantir les peuples, tous les peuples à vivre en sécurité. Hier, dans la cour des Invalides, la Nation a rendu hommage aux 42 Français victimes de la barbarie. Ces visages, ces 42 visages, ces vies brisées. Sans oublier les 135 otages, dont les trois français Orion, Ohad et Ofer. Alors au nom du groupe MoDem, je veux naturellement saluer les familles, leur courage, leur détermination ainsi que monsieur le président du consistoire et monsieur le président du CRIF. Mesdames, Messieurs, face à la barbarie notre condamnation est totale. Face à l’antisémitisme, jamais disparu mais s’exprimant désormais de manière éhontément décomplexée, nous sommes inflexibles pour lutter contre la haine. Soyez assurés de notre détermination à continuer d’œuvrer pour la libération des otages sans conditions. Comme la France, Paris doit rester inflexible sur ses valeurs et je voudrais Madame la Maire, vous remercier sincèrement à la fois pour vos mots mais également pour vos actions depuis le 07 octobre dernier et pour l’organisation de ce débat. 

Mesdames, Messieurs, Paris se tient à vos côtés. 

Je vous remercie. 

Maud Gatel à propos de l’implantation des fontaines à eau dans les établissements recevant du public

Merci Madame la Maire, 

La lutte contre le plastique est une absolue nécessité pour nous-mêmes, pour les nouvelles générations qui ont fait leur entrée dans ce Conseil. Notamment parce qu’on connaît l’impact sur les organismes et sur la biodiversité. 

Alors vous savez la loi AGEC prévoit que depuis le 1er janvier 2022, tous les établissements recevant du public doivent se doter de fontaines à eau or selon une étude l’ONG “No plastic in my sea”, près de la moitié des ERP parisiens ne respectent pas cette obligation et des améliorations en matière de signalétiques pourraient être envisagées pour améliorer justement à la fois l’accès à l’eau et contribuer à lutter contre l’usage des bouteilles en plastique. 

Donc par ce vœu nous vous demandons monsieur le maire de présenter aux conseillers de Paris un état des lieux de l’implantation des fontaines à eau dans les établissements recevant du public et d’exposer plus globalement votre stratégie en la matière. 

Bien évidemment c’est un sujet qui concerne tous les Parisiens et ça concerne aussi les conseillers de Paris puisque nous n’avons plus accès à l’eau compte-tenu des difficultés de fonctionnement de la fontaine de notre conseil depuis deux conseils, je vous remercie par avance.

Maud Gatel à propos du plan local de mobilité

Merci beaucoup Monsieur le Maire, 

Alors il aura fallu que cela soit imposé par la loi LOM pour que vous vous résolviez enfin à élaborer un plan global des mobilités. Puisque le plan de déplacement urbain date de 2007 et depuis lors nous n’avons eu que des plans, en silo. Alors qu’évidemment cette stratégie de mobilité doit passer par une stratégie globale et non par la juxtaposition des plans. 

Et c’est ce que depuis 2014, nous n’avons eu de cesse de réclamer. Le Parisien est multimodal, il est piéton, utilisateur des transports en commun, soucieux de diminuer l’impact de ses déplacements, mais il se déplace aussi en voiture, en deux-roues motorisés et pour les plus chanceux, il est cycliste. 

Alors dans ces conditions, l’objectif de mieux partager l’espace public ne peut passer que par une stratégie globale, et non par la vente à la découpe. 

Et puis cette stratégie globale, elle doit impérativement être concertée. A défaut d’être partagée par tous, elle doit faire l’objet d’une large concertation. Votre incapacité à penser au-delà du périphérique que nous n’avons eu de cesse de dénoncer, qu’il s’agisse de la transformation du périphérique et la concertation associée des tarifs de stationnement, cette incapacité est problématique, et dénoncée pas simplement par nous, mais fait l’objet d’une grande partie du rapport de la Chambre régionale des comptes qui vous appelle à enfin à intégrer l’ensemble des acteurs et notamment la préfecture de police dans l’ensemble des travaux d’aménagement de la capitale parce que Paris n’est pas une île !

Au chapitre du bilan, je voudrais aussi parler du cimetière des mobilités. Depuis 10 ans, donc nous avons vu un service Vélib optimal, définitivement oublié, la disparition d’Autolib, un certain nombre d’acteurs de free floating disparaître. Finalement la traduction d’une navigation à vue. Et sans parler des trottinettes que vous avez accompagné, que vous avez échoué à réguler : sans anticiper la jungle, auquel, elle donnerait lieu et sans vous donner les moyens d’y mettre fin. 

Alors malgré ce bilan plus que mitigé, il n’est jamais trop tard et l’élaboration de ce plan de mobilité nous donne l’opportunité de revenir sur certaines de nos propositions.  

Je l’ai dit, nous avons besoin d’un schéma global pour accompagner un nouveau partage de l’espace public auquel nous sommes particulièrement attachés. Cela passe par le stationnement, l’enfouissement du stationnement pour permettre de récupérer de l’espace en voirie, pour végétaliser, adapter ainsi la ville au changement climatique et mieux l’anticiper et l’atténuer. 

Cela passe également par une véritable politique d’aménagement : il ne suffit pas et nous l’avons dit à de maintes reprises de peindre pour faire des voies cyclables. De la même manière, quand il y a autant de modes de transport qui cohabitent, il faut qu’on pense globalement. Parfois, il s’agit de décaler de quelques mètres un passage piéton pour que tout le monde soit en sécurité. Donc autorisons-nous à remettre à plat toutes les politiques d’aménagement urbain pour faire cohabiter les différents modes de transport. 

Il faut une concertation digne de ce nom, avec les maires d’arrondissement, la préfecture de police, c’est la raison pour laquelle nous déposons un vœu sur l’étude d’impact de la ZTL qui existe, on aimerait en avoir connaissance, ça fait partie aussi des préconisations de la chambre régionale des comptes, que de faire que cette étude d’impact soit préalable et ce schéma d’aménagement soit préalable à la mise en place de la ZTL.

Et puis, il nous faut poursuivre le soutien au développement des mobilités actives : c’est la raison pour laquelle nous redéposons un vœu concernant les arceaux vélos, et nous insistons : sensibilisation mais encore davantage de verbalisation, car la jungle actuelle ne doit pas continuer à se développer. 

Volet aussi sur la mobilité touristique plus durable : il nous faire respecter les interdictions de stationnement pour les cars de tourisme tout comme l’interdiction de laisser les moteurs allumés pour des raisons environnementales. 

Et puis soutien à la mobilité électrique, vous disiez Monsieur le Maire, le réseau de bornes en surface, il est insuffisant, ça a été prouvé. Or vous n’en parlez pas dans la proposition de délibération, vous parlez simplement dans les copropriétés, il faut qu’on continue à développer si l’on souhaite accompagner le développement de la mobilité électrique. 

Une politique pour tous et là je voudrais vraiment mettre l’accent sur la marche, c’est pas demain la veille que le cycliste deviendra le premier mode de déplacement, il nous faut mettre l’accent sur la marche et cela passe par le désencombrement des trottoirs, l’entretien de la chaussée, le plan banc que nous appelons de nos vœux pour permettre à chacun, à son rythme de sillonner la ville. L’abaissement des trottoirs et également un dernier point sur la question de l’inclusivité et des transports en commun. 

Nous avons un immense regret, c’est que depuis plus de vingt ans, vous n’ayez pas mis la question de l’accessibilité des transports en commun et notamment du métro, bien sûr que c’est long, bien sûr que ça coûte cher mais dans la mesure où on ne l’a jamais proposé, que la Ville de Paris ne l’a jamais proposé bien évidemment nous avons pris un retard inacceptable. Et à la veille des JOP, c’est absolument inacceptable. 

Dès lors, il nous manque un calendrier, un phasage, un budget, mais dans ce projet de plan nous voulons vraiment être ambitieux pour que ce soit à la hauteur d’une ville multimodale comme Paris, 

Je vous remercie.

Maud Gatel rend hommage à Jacques Delors

Merci beaucoup Monsieur le Maire, 

Le 27 décembre 2023, Jacques Delors nous a quittés, à la veille de cette année 2024 si importante pour le combat de sa vie, l’Union européenne, et 20 ans après la réconciliation de l’Ouest et l’Est.  

Haut-fonctionnaire, homme politique, député européen, ministre, président de la Commission européenne, il aura profondément marqué 40 ans de vie politique française et européenne. 

Homme de convictions, Jacques Delors était aussi et avant tout un homme libre. Ce qui le conduisit à accompagner Jacques Chaban-Delmas en tant que secrétaire général du gouvernement pour la formation professionnelle et la promotion sociale. 

Après avoir adhéré au MRP, il devient une figure de la deuxième gauche, celle réconciliant les Français avec l’économie. Il cherchera également à se rapprocher du centre. 

Marqué familialement par les conflits meurtriers, l’idée de réconciliation des peuples a aussi inspiré son œuvre au niveau européen. Sous sa présidence, entre 1985 et 1995, la Commission et le projet européen ont fait des pas de géant et il nous laisse un héritage précieux. 

Au cours de sa vie, il a croisé de nombreux quartiers parisiens : 

Il est d’abord né dans le XIVe arrondissement, il a vécu dans le XXe arrondissement, il y a tenu un ciné-club et joua au basket à Jeanne d’Arc de Ménilmontant. 

Il est mort dans le Ve arrondissement, rue Saint-Jacques. 

Il fut maire de Clichy-la-Garenne, à proximité directe du XVIIe arrondissement, qui abrite aujourd’hui la maison de l’Europe. Et puis le IXe arrondissement, où se trouve le think tank qu’il a fondé, Notre Europe.

Très nombreux sont donc les lieux parisiens qui font écho à sa vie et à ses combats. Dès lors, et évidemment en totale concertation et en accord avec sa famille, nous proposons que Paris lui rende hommage avec la dénomination d’un lieu à son nom.

Je sais que le travail a débuté sous l’égide de Laurence Patrice avec sa famille et je m’en réjouis. 

Car ils ne sont pas si nombreux ceux qui servent notre pays avec « le sens du devoir, avant le goût du pouvoir ». Ceux qui rassemblent sans exclure. Et donc Paris doit lui rendre hommage à la hauteur du grand homme qu’il était. C’est l’objet de ce vœu. Face à une figure telle que Jacques Delors, un véritable homme d’Etat qui rassemble au-delà des contingences, Paris lui doit bien ça.  

Je vous remercie. 

Maud Gatel à propos de l’avenir du Parc des Princes

Merci Madame la Maire,

Mes chers collègues, 

Les choses ont décidément bien changé, depuis l’idylle entre la ville et les nouveaux actionnaires du PSG au moment de son arrivée. 

Aujourd’hui, rien ne va plus. Le dialogue est rompu. Et tant le club que les supporters risquent d’en faire les frais.

Au groupe MoDem, nous ne pouvons accepter que les Parisiens subissent les conséquences des atermoiements de la Ville sur la question de l’avenir du parc des princes et d’une majorité non tenue. 

Vous l’avez rappelé, Madame la Maire, la ville n’était pas fermée à la vente du parc des Princes. Dès 2014, vous évoquiez cette possibilité, au regard des coûts extrêmement importants d’entretien du stade. Des promesses semblent-ils avaient même été faites. Les propriétaires du PSG entendaient, et on peut tout à fait les comprendre, agrandir le stade pour qu’il soit à la hauteur des ambitions du club et augmenter les recettes de billetterie et tout ce qui va avec. Encore fallait-il y mettre le prix compte tenu du déficit abyssal de la Ville. 

Ce matin, alors que la situation paraît totalement bloquée, vous appelez à la rescousse le Conseil de Paris pour soutenir votre position du moment. Alors c’est bien la première fois que nous avons un débat organisé sur le sujet de la vente ou non du Parc des Princes, sujet qui touche pourtant à deux éléments essentiels pour les Parisiens, leur club de foot et un actif stratégique de la Ville. 

Depuis l’offre du PSG, que vous avez jugée ridicule, vous affirmez que vous vous opposez à la cession. C’est aussi ce que rappelle le vœu que vous nous présentez ce matin. Mais plutôt vous Madame la maire parce que votre premier adjoint ne semble pas tout à fait sur la même ligne. 

Aujourd’hui, l’urgence est bien de renouer le dialogue, alors que les discussions sont bloquées depuis des mois. 

Au groupe MoDem, nous avons deux priorités : 

Que le club reste à Paris. 

Et que les intérêts immobiliers des Parisiens soient préservés. 

Et il faut donner les moyens nécessaires au club d’atteindre ces objectifs : le rénover, l’agrandir, y compris en prolongeant le bail emphytéotique qui court jusqu’en 2043. 

Avec une attention toute particulière pour les Riverains du Parc des Princes. 

Mais la manière dont vous avez géré jusqu’alors le dossier Madame la Maire nous inquiètent profondément et ce n’est pas un blanc-seing que vous nous donnerons. 

Je vous remercie.

Maud Gatel à propos du rapport annuel prix et qualité du service public de gestion des déchets 2022

Merci beaucoup monsieur le maire, 

L’occasion de ce débat est toujours extrêmement intéressant parce que c’est d’abord ce rapport annuel, une mine d’information par rapport à la manière dont on appréhende les déchets à Paris, un sujet où malheureusement les Parisiens restent de très très très très gros pourvoyeurs de déchets avec 450 kilos de déchets ménagers assimilés par habitants et par an, en augmentation par rapport à ces trois dernières années, en légère diminution par rapport à 2019, ce qui nous situe bien au delà des autres collectivités que ce soit la Métropole du Grand Paris ou encore d’autres grandes villes comme Lyon par exemple. 

Alors, c’est un sujet qui doit à la fois mobiliser particulièrement la Ville de Paris et également chacun et chacune d’entre nous, puisque finalement on peut tirer de ce rapport, un certain nombre d’enseignements alors d’abord, une amélioration du tri qui certes, insuffisante notamment chez les plus jeunes mais, est absolument significative et puis c’est aussi la traduction et le baromètre du dynamisme de la ville particulièrement par rapport à l’économie mais aussi au tourisme. 

Et puis, plus négativement, l’écho de nos modes de vie sur lesquels il y aurait aussi beaucoup à dire. 

Je voulais aborder 3 points, le premier et on l’a évoqué dans le cadre du débat budgétaire, c’est la question de l’instauration via une expérimentation de la taxation de la fiscalité incitative, c’est un sujet qu’on porte depuis de très nombreuses années et qui nous paraît être absolument indispensable de mettre en place cette expérimentation à l’échelle d’un quartier pour faire des Parisiens de véritables alliés contre le suremballage, contre la surconsommation et contre un certain nombre de nos modes de vies et habitudes de consommation qui sont très négatives pour la planète.

Deuxième point, c’est la mise en œuvre à partir du 1er janvier 2024 de la disposition de la loi Agec qui fixe la généralisation du tri à la source des déchets alimentaires. Alors Paris n’a pas attendu, certes, la loi Agec pour mettre en place un certain nombre de dispositifs notamment des points d’apports volontaires sur 56 marchés, des compostages de proximité mais ça ne concerne que 621 copropriétés, 453 composteurs pour les collectifs, ce qui me paraît très insuffisant au regard de l’ambition qui a été mise par la loi Agec sur l’augmentation très significative de la collecte des biodéchets et il me paraît vraiment nécessaire d’accélérer pour augmenter le tonnage, notamment via l’accompagnement des copropriétés candidates. 

Et puis dernier point c’est évidemment le meilleur déchets c’est celui que l’on ne produit pas et c’est sur justement la place de la réduction des déchets et je voulais revenir sur la question des recycleries ressourceries. Sur cette question, comme sur bien d’autres, malheureusement, les objectifs du précédent plan climat n’avaient pas été atteints. De nouveaux objectifs plus ambitieux ont été fixés dans le plan climat qui a été examiné par notre conseil avant hier et j’invite vraiment à ce que l’accent puisse être mis sur la nécessité d’avoir dans chaque arrondissement et deux par arrondissements à terme de ces lieux, de ces recycleries ressourceries qui sont extrêmement utiles dans une perspective de réduction des déchets. 

Je vous remercie monsieur le maire.

« Older posts