Catégorie : Elus (Page 1 of 50)

Pierre Casanova à propos des morts au travail – Conseil de novembre 2022

Alors trois mots, le profit, le droit, l’observatoire.

Le profit. Alors liée la recherche du profit avec les accidents du travail, en trois minutes nous n’aurons pas le temps d’épuiser le sujet, je ne suis pas sûr qu’il n’y est pas d’accidents du travail en Corée du Nord, à la Havane, en Chine, au Viet Nam, au Laos, autant de pays qui condamnent le profit. 

 

Deuxième point : le droit. Alors, on partage ici au centre totalement l’intention évidemment et on s’associe à tout ce qui peut protéger davantage le sort des travailleurs. Pas que les travailleurs j’ai envie de vous dire d’ailleurs tous les Français, quel que soit leur rang social, pour moi, tout accident du travail est regrettable. Et la mission évidemment de l’État, des législateurs et des élus est de diminuer cette mortalité au travail. 

 

Mais c’est mon point sur le droit, à condition de le faire en utilisant sa plume en tremblant comme disait Montesquieu, je me souviens de deux grands juristes de gauche, deux progressistes, toujours vivants, Lyon-Caen et Badinter, qui ont commis il y a sept an un très savant ouvrage – je connais rien au droit du Travail, j’en parle en toute humilité – ils disaient ; le problème du droit social français est qu’il est pavé de bonnes intentions mais qu’il est souvent d’une intelligibilité médiocre, et d’une utilité incertaine. 

 

Le problème qu’il y a avec notre droit social c’est qu’il est d’application parfois difficile, je ne parle pas de travail clandestin, je ne parle pas du port du casque et de tout ce qui protège la vie. Je parle du lot quotidien d’une administration, d’un journal, L”Humanité par exemple, de tout employeur français, qui parfois peut avoir des difficultés à interpréter le droit du Travail et qui parfois peut être condamné aux Prud’hommes, quel que soit son discours politique. 

 

Et bien pour cette raison, je pense que l’article 3 quand il dit qu’il faut “pouvoir rompre le contrat de travail en cas de manquements au droit social ou au droit pénal” gagnerait à être précisé. On parle ici bien sûr de manquements au droit social de nature à mettre en péril la vie ou la santé de l’employé. On ne parle pas de la dimension ou du caractère ou de l’affichette au restaurant d’entreprise qui indique la porte de secours ou que sais-je. 

 

Troisième point si vous me permettez de finir ma chère collègue, je n’ai plus que 60 secondes. L’observatoire. Pour moi, le bon observatoire, et c’est moi en même temps, ce sont les syndicats. je ne pense pas utile de créer un nouveau machin, on a déjà assez comme ça en France d’autorités, d’hautes autorités, de conseils indépendants, d’autorités administratives indépendantes, pour en créer un cinquième, un sixième. 

 

Moi je crois, pardonnez-moi, à l’inspection du Travail, aux syndicats, et ma foi pourquoi pas aux élus dont c’est la mission d’observer les lacunes éventuelles, les améliorations à faire au droit du Travail et à la condition des travailleurs. 

 

Voilà pourquoi, autant je soutiens l’objectif poursuivi, autant il me semble que la manière de le poursuivre gagnerait à une nouvelle réflexion pour le rendre plus efficace. 

Maud Gatel à propos d’une campagne de sensibilisation au civisme dans les transports en commun – Conseil de novembre 2022

 

Merci beaucoup monsieur le Maire.

 Être empêché de sortir du métro par des gens qui forcent le passage pour essayer d’y monter. 

Devoir demander aux voyageurs assis sur des strapontins de se lever quand les rames sont bondées, c’est-à-dire malheureusement tout le temps.

Être une personne âgée, en situation de handicap, ou enceinte, et devoir demander pour s’asseoir alors que la plupart des voyageurs regardent leurs pieds. 

Être obligée de se recroqueviller sur son siège en raison d’une tendance, bien souvent masculine, convenons-en, à s’étaler en écartant les jambes. 

Profiter de la conversation de ses voisins, voire de la musique à travers les enceintes qui se multiplient dans les transports en commun. 

Autant de situations que les utilisateurs de transport en commun rencontrent quotidiennement. Et ce manque de civisme et un individualisme croissant pèsent sur tous les usagers des transports en commun.

C’est la raison de ce vœu par lequel nous demandons que les représentants de la Ville à Île-de-France Mobilités, demandent le lancement d’une large campagne de sensibilisation au civisme dans l’utilisation des transports en commun. 

Béatrice Lecouturier à propos des activistes écologistes dans les musées parisiens – Conseil de novembre 2022

 Mains collées sur les cadres de la Maja nue et la Maja vêtue de Goya à Madrid ou encore sur le somptueux Lacoon au musée du Vatican. Hier encore, un liquide noir a été projeté sur une oeuvre de Klimt à Vienne. 

Ces actions savamment mises en scène par des militants écologistes ont choqué très largement le monde pour remettre la question climatique au centre du débat.

L’art devient donc la nouvelle cible, une mise en danger inconsidérée de chefs d’œuvre. S’attaquer aux musées et aux œuvres célèbres, c’est s’attaquer à l’idée même de la création, à la liberté de tous les publics qui se déplacent dans les musées pour admirer ces chefs d’œuvre, c’est s’attaquer à l’émancipation que nous proposent l’art et la culture.

Au-delà des motivations de ces jeunes activistes, ils sous-estiment largement la fragilité de ces œuvres inestimables et se réfugient derrière l’idée que ces tableaux sont protégés par une vitre. 

Mais cela n’enlève en rien à la gravité de l’acte et  à la volonté de dégrader une œuvre d’art. Cela s’appelle du vandalisme. La volonté de détruire une image pour sa valeur financière, parce qu’elle évoque le pouvoir ou qu’elle attire tous les regards.

Or, c’est une erreur que de vouloir opposer art et lutte contre le réchauffement climatique. 

La France a été épargnée jusqu’à présent par ce mouvement mais des messages sur les réseaux sociaux nous laissent penser que certains collectifs sont prêts à agir quand ils le souhaiteront. Je rappelle que le code pénal français prévoit dans la loi du 15 juillet 2008, que la destruction, la dégradation ou la détérioration d’un immeuble ou d’un mobilier classé ou inscrit au titre des monuments historiques constitue un délit. La peine encourue est de 7 ans d’emprisonnement et de 100 000 euros d’amende.

La ministre de la culture a déjà demandé aux musées nationaux de renforcer les mesures de sécurité pour parer à ces actes de dégradation.

Alors que les voix du monde de l’art s’élèvent de Paris à New York pour condamner ces actes de vandalisme, madame la Maire condamnez-vous également ces actes et pouvez-vous nous dire quelles mesures préventives de protection ont été prises dans les 14 musées parisiens pour protéger les chefs d’œuvre que la ville de Paris possède ?

Maud Gatel à propos de l’arrêt de la résine et du cerclage pour les pieds d’arbres – Conseil de novembre 2022

Monsieur Najdovski, lors de notre dernier conseil, en réponse à un vœu de ma collègue Véronique Bucaille, vous indiquiez que les services de la Ville pouvaient de manière extrêmement ponctuelle, pour des raisons très précises, et vous évoquiez notamment la question des zones de marché utiliser de la résine, soit un enrobé synthétique.

Sollicité par un internaute, le premier maire adjoint indiquait, en réponse à un pied d’arbre bétonné, qu’il s’agissait probablement d’une erreur. Puis il a indiqué que toute cette polémique liée à l’émotion qui avait saisi une grande partie des Parisiens sur ce sujet, que cette polémique était ridicule. Non, il n’y a pas de polémique ridicule quand il s’agit d’adapter la ville aux changements climatiques. Comme vient de le rappeler Maud Lelièvre, les arbres, les végétaux tiennent une place absolument majeure dans la perspective du réchauffement climatique et dans la nécessité absolue d’adapter notre capitale aux changements climatiques. 

Or, on le sait, je ne reviendrai pas sur les trop nombreux arbres abattus, les arbres et les végétaux, dans une ville aussi polluée que Paris, sont soumis à rude épreuve, et c’est la raison pour laquelle, bien évidemment, il faut les protéger.

Alors les Parisiens, nombreux, ont prouvé qu’il ne s’agissait pas simplement de quelques dizaines de cas, mais bien au contraire de plusieurs centaines de cas de pieds d’arbres cimentés “enrésinés”, goudronnés. Bien évidemment, cette situation n’est pas satisfaisante pour que ces arbres puissent continuer à croître et à nous protéger.

C’est la raison pour laquelle nous demandons par ce vœu, que soient remis en état urgemment les pieds d’arbres pour ne pas continuer à les fragiliser davantage et que soient remises les fameuses grilles Davioud au lieu de cerclages métalliques qui nous paraissent particulièrement dangereux dans l’espace public.

Les grilles Davioud, ce n’est pas une sorte de conservatisme de notre part. C’est tout simplement parce que ça fait partie de l’identité de Paris et parce qu’on n’a pas trouvé mieux pour protéger les arbres.

Alors, bien évidemment, les contraintes des manifestations, notamment les manifestations liées aux gilets jaunes, nous ne les déclinons pas. Pour autant, on sait bien que certaines sont en train d’être remises et nous souhaitons que urgemment, elles puissent l’être partout dans Paris. Alors, par ce vœu, nous demandons donc de libérer les pieds d’arbres cimentés, enrésinés, goudronnés pour les protéger autant qu’ils nous protègent.

Je vous remercie.

Maud Lelièvre à propos du bilan annuel du “Plan arbre” à Paris – Conseil de novembre 2022

Madame la Maire, mes chers collègues,

Il y a un an, lors du Conseil de Paris d’octobre 2021, la Ville adoptait le “Plan Arbre”. Cette adoption était une nécessité, au vu de l’urgence climatique et environnementale à laquelle nous faisons face. J’avais, à l’époque, au nom du groupe MoDem Démocrates et Écologistes, salué l’ambition de ce plan, mais qui nous semblait un peu trop ambitieux, non au regard de la crise environnementale que nous devons affronter, mais trop ambitieux au regard des moyens qui allaient être consacrés sur le plan financier ainsi que les services qui allaient être dévolus à sa mise en oeuvre. Nous avions précisé à l’époque que l’exécution d’un tel “Plan Arbre” nécessitait trois choses : des moyens, une vision, une volonté, insistant sur le fait que la solution était de planter des arbres en pleine terre et d’entretenir soigneusement les pieds d’arbres. On l’avait dit à l’époque car évidemment l’arbre n’est pas un mobilier urbain mais l’objectif n’est pas de décorer mais de lui donner une réelle fonction dans la ville. Notre groupe avait alors déposé des amendements en ce sens, je ne les rappellerai pas. Mais nous avions expliqué que nous serions attentifs, tout au long de l’année, à la mise en oeuvre de ce “Plan Arbre”, attentifs à son application, attentifs aux moyens qui étaient consacrés, attentifs à l’entretien et aux constats réguliers.

Et j’aimerais juste dire, parce que beaucoup de choses ont été dites et écrites dans la presse, sur les réseaux sociaux, qu’on ne peut pas rejeter les revendications des Parisiens qui, de façon régulière, font des photos ou s’émeuvent de la place qu’on laisse à l’arbre dans la ville. Certes, ce ne sont pas tous des experts, mais leur vision est juste et ça participe aussi à l’acculturation de la question environnementale de la ville.



Alors il est effectivement primordial de protéger, d’entretenir les arbres parisiens dans le contexte actuel de surchauffe urbaine sur lequel travaille la MIE “Paris à 50 degrés” dédiée à l’adaptation de la Ville aux super vagues de chaleur, dont je suis rapporteure. Nous savons tous que le rafraîchissement urbain est un enjeu majeur pour les villes et les premiers entretiens nous ont montré que la question de l’arbre était une question essentielle et primordiale dans les solutions que nous allons devoir collectivement trouver. L’arbre est l’un des leviers pour rafraîchir des villes qui, demain, ressembleront de plus en plus à des fours en été. En effet, les conditions climatiques rendent plus difficile la survie de ces arbres en ville.

Il faut donc absolument préserver la nature à Paris, préserver tout ce qui est possible, redonner de l’espace aux arbres, faire des choix d’aménagement dans le sol, dans le sous-sol, protéger les arbres qui participent à l’amélioration de la qualité de l’air et qui sont des refuges de biodiversité. Et moi, je préfère demain, même si cela coûte de l’argent, même si ce sont des choix d’avenir qui sont parfois compliqués, que l’on puisse avoir une ville couverte d’arbres plutôt qu’une ville couverte de climatiseurs parce que ce sera la seule solution si nous ne prenons pas des décisions ambitieuses.

 

Avec ses 33 jours de canicule, l’été 2022 a été suffocant mais ça a été l’été le moins chaud des prochaines années : il a laissé entrevoir la nécessité de prendre des mesures urgentes et des mesures qui sont fortes. Pas simplement faire une course à la plantation d’arbres, mais faire en sorte que ce qui est planté aujourd’hui seront des arbres en bonne santé. L’arbre sera notre meilleur allié pour cette lutte contre le réchauffement climatique.

 

Alors sur ce sujet qui est un sujet majeur au cœur du débat de la MIE, j’espère que nous saurons entendre les propositions qui sont faites. Nous travaillons sur des propositions sur la qualité des essences, les stratégies de plantation, les stratégies de plantation en pleine terre, un certain nombre de sujets dont nous débattrons en temps et en heure lorsque ce rapport sera présenté devant le Conseil de Paris. J’espère qu’à ce moment-là, on ne sera pas dans une bataille de communication mais dans la réelle prise de décision.

 

Nous avons déposé un vœu, ma collègue présidente de groupe en parlera tout à l’heure, qui nous semble absolument essentiel sur l’entretien des pieds d’arbres des 200 000 arbres qui sont plantés dans les rues. Et pour terminer, sur la question de la température, la température est à peu près à 58 degrés dans un été caniculaire sur un revêtement minéral, 48 degrés sur une pelouse sèche et 29 degrés au pied d’un arbre. 

Donc ce n’est pas simplement une question esthétique, c’est une question de choix fort environnemental. Et nous tenons particulièrement à ce vœu. J’espère que nous saurons vous y retrouver tout à l’heure.

Maud Gatel rend hommage à Nicole Catala – Conseil de novembre 2022

Merci beaucoup madame la Maire.

Nicole Catala s’est éteinte le 19 octobre dernier à l’âge de 86 ans, au terme d’une vie marquée par une grande fidélité au droit, à sa famille politique et au 14ᵉ arrondissement.

Née à Millau, elle suivra les pas de son père et de son frère Pierre pour mener de brillantes études qui lui ouvriront grand les portes de l’université.

Licenciée en lettres, agrégée de droit, elle enseignera à Dakar, puis à Dijon et à Paris, formant des générations d’étudiants à la rigueur et à l’excellence.

À 35 ans, elle contribue à la création du Ciffop, Le Centre Interdisciplinaire de formation à la fonction personnel dans les entreprises qui, depuis plus de 50 ans, œuvre auprès des dirigeants aux ressources humaines.

Tout en poursuivant sa brillante carrière universitaire, la politique la saisit. Déterminée à faire entendre sa voix de gaulliste sociale, elle s’engage au RPR auprès de Jacques Chirac et de Philippe Séguin. Elle restera fidèle à sa famille politique, en dépit des soubresauts de la vie partisane. Secrétaire nationale du RPR, membre du bureau politique, elle est aussi présidente de la fédération RPR de Paris et plus récemment membre de la Haute autorité du parti Les Républicains, chargée d’organiser la primaire de 2016.

Fidèle à Paris, elle sera conseillère de Paris pendant 18 ans, adjointe au maire de Paris et députée de Paris pendant quatorze ans. Sa silhouette menue, son regard déterminé et son sourire ont profondément marqué les habitants du 14ᵉ arrondissement. Secrétaire d’Etat à la Formation professionnelle de 86 à 88, vice-présidente de l’Assemblée nationale, elle fut l’une des très rares, trop rares femmes politiques à ce très haut niveau de responsabilité à cette période. Sans doute parce qu’elle avait dû se battre pour être acceptée dans un monde profondément masculin, elle avait à cœur de conseiller et d’accompagner d’autres jeunes femmes dans leur engagement.

Elle restera une figure reconnue du droit et de la chose publique,et une silhouette familière de Paris et tout particulièrement du 14ᵉ arrondissement.

Au nom du groupe MoDem, je veux adresser à sa fille Marianne, à ses petites-filles Chine et Eléna, à ses neveux, sa famille, ses anciennes collaboratrices et à sa famille politique et aux habitants du 14ᵉ arrondissement, nos plus sincères condoléances.

Séverine de Compreignac à propos de la nouvelle Charte du Budget participatif – Conseil de novembre 2022

Quelques mots donc sur cette nouvelle charte du budget participatif que vous voulez simplifier pour améliorer la participation des Parisiens. Il est vrai que depuis quelques temps, on constate une forme de désintérêt, mais j’y reviendrai.

On fait donc encore évoluer une nouvelle fois la charte du budget participatif, comme l’année dernière. Pourquoi pas ? Nul n’est à l’abri d’une nouvelle bonne idée. Cependant, un projet bien construit éviterait peut-être de délibérer à nouveau chaque année. Donc désormais, les Parisiens pourront déposer des idées tout au long de l’année sur la plateforme et les projets ne pourront pas s’opposer aux objectifs de transition écologique ou de solidarité. Cela me paraît de très bons objectifs, même si l’on risque de se retrouver avec autant de projets qui se ressemblent par trop.

En revanche, l’idée suivante me paraît plus inaboutie et nos collègues du groupe LR en ont déjà parlé : le financement des projets, qui reste à peu près globalement le même. Là où je vais tout à fait dans le sens de l’amendement de Jean-Pierre Lecoq, c’est de proposer un plancher. Cela me semble absolument indispensable, il n’y a pas de raison que les autres quartiers soient lésés et que chaque arrondissement ait un minimum de visibilité. Donc, en complément, vous prévoyez des réunions pour fixer la liste des projets mis au vote des commissions publiques pour assurer une transparence sur l’avancement des projets. Ce que je ne comprends pas c’est, en parallèle, le lancement de Des idées pour Paris, autre plateforme sur des idées sur le thème de leur choix.

Je vois bien la différence entre les deux idées, mais on peut tout de même se demander si on n’est pas encore en train de multiplier les initiatives en perdant un certain nombre de Parisiens au passage, sans compter “embellir votre quartier”, “les ateliers de concertation” et d’autres trucs encore sûrement que je n’ai pas encore trouvés. On le voit bien à travers les chiffres communiqués, la profusion des dispositifs favorise la désaffection du dispositif de démocratie participative, et c’est bien dommage. 

L’idée de démocratie participative est souhaitée par tous, mais nous devrions faire un sacré ménage là-dedans. Il y a deux autres problèmes liés à la sélection des projets, mes collègues en ont déjà parlé. Certains font partie des prérogatives de la Ville : pourquoi la réfection de toilettes d’une école est prise sur le budget participatif ? Aucune raison.

Par ailleurs, on remarque dans certains quartiers des projets qui sont sélectionnés en troisième position, qui ressortent en numéro un. Sans doute un tour de magie dont nous ne maîtrisons pas tous les éléments. En fait, de manière plus large, sur les dispositifs participatifs, la non-utilisation du budget des conseillers de quartier avec trop de budget pour le fonctionnement et pas assez de budget pour l’investissement, est un sujet récurrent qui doit être réglé. Cela se constate dans quasiment tous les arrondissements année après année.

Pour conclure, je veux à nouveau insister sur l’idée avancée par mon collègue Pierre Casanova depuis le début de ce mandat, qui l’a encore rappelé mardi et que le groupe MoDem soutiendra tant que cela n’aura pas été mis en œuvre.

Compte tenu de l’état des finances de la ville, il serait vraiment utile et sûrement efficace de permettre aux Parisiens de proposer des idées de rationalisation des dépenses, voire de mettre en avant des sources d’économies et au-delà de la gestion de la ville, cela pourrait relever de la pédagogie générale, de faire circuler l’idée que nous ne nous arrêtons pas qu’à de la distribution d’argent, mais que s’intéresser à la bonne gestion de l’argent public peut être au bénéfice de tous.

Vous l’avez compris, nous sommes bien sûr favorables au budget participatif, mais sommes bien peu convaincus par votre délibération. Ainsi, le groupe MoDem s’abstiendra.

Je vous remercie.

Béatrice Lecouturier à propos du Conseil Parisien de la Jeunesse – Conseil de novembre 2022

Chers amis du Conseil Parisien de la Jeunesse,

Ce rendez-vous entre vous et nous est un moment à part dans nos débats.

Un moment qui nous met particulièrement en responsabilité vis-à-vis de notre jeunesse. Car la ville que nous pensons aujourd’hui, par les mesures que nous votons, vous engagent, vous jeunes parisiens.

Alors merci d’être parmi aujourd’hui dans cet hémicycle que vous connaissez maintenant. Merci pour votre engagement sincère et authentique dans la vie de notre cité. Il est vrai que les nuages noirs s’amoncellent depuis un certain temps sur nos têtes entre le Covid, une situation internationale fragile, une économie chancelante, un climat social tendu, une terre qui suffoque et qui ne va pas du tout bien, il y aurait de quoi déprimer.

Et pourtant, vous êtes parmi nous, engagés, forts dans vos convictions et responsables. Vous prenez à bras le corps des sujets lourds comme la lutte contre les violences sexistes ou le réchauffement climatique dans un cadre légal et politique. Vos ambassadeurs travaillent d’ailleurs en relation étroite avec les arrondissements car c’est au plus proche de votre territoire que vous devez agir.

Vous êtes nos citoyens de demain, il faut vous donner la parole et chercher avec vous les solutions. D’autant que ça peut aboutir sur de réels projets.

La santé, l’alimentation durable, le futur plan d’aménagement et de développement durable, les violences sexistes et sexuelles sont des thématiques auxquelles est attaché notre groupe centriste Modem Écologistes et Démocrates. Alors nous vous accompagnerons toujours dans la mise en place de vos demandes.

Vous pouvez compter sur nous.

Et nous vous en remercions.

Béatrice Lecouturier à propos du Schéma séniors parisiens 2022-2026 – Conseil de novembre 2022

Madame la Maire, mes chers collègues,

Tout d’abord, permettez-moi de remercier Véronique Levieux de nous avoir transmis des chiffres très détaillés sur la situation des séniors à Paris.

Ces chiffres nous démontrent l’importance des politiques que nous devons déployer dans les années à venir. En effet, s’il est une population qui augmente à Paris, ce sont bien les plus de 60 ans. Aujourd’hui ils représentent 22% de la population parisienne. En 2030, ils représenteront 1/3 des Parisiens.

Et ce chiffre doit être mis en corrélation avec la diminution constante des jeunes et des familles qui quittent massivement la capitale. Oui, il faut nous réjouir d’avoir une ville riche de ses personnes âgées qui doivent trouver toute leur place, mais attention, car ce vieillissement de la population parisienne est inquiétant et doit nous interpeller pour les années à venir. C’est pour cela que nous vous avons régulièrement alertée à ce sujet madame la Maire.

Pour en revenir à votre schéma parisien, les axes proposés nous semblent tout à fait louables et de bon sens mais leur déclinaison s’apparente à un catalogue de mesures pléthoriques et je préfère à titre personnel me concentrer sur 10 mesures efficaces plutôt que 60 qui ne seront pas appliquées.

Beaucoup de choses sont déjà faites pour les personnes âgées à Paris en matière d’accompagnement, et je veux saluer l’action des CCAS dans nos arrondissements. Et pourtant, tant restent encore isolés, dépendants, exclus d’ une ville trépidante où il ne fait toujours bon d’être vieux.

Être âgé dans une ville, c’est surtout revoir ses priorités. C’est d’avoir à sa disposition de bons moyens de mobilité pour se déplacer. Je rappelle que le passe Navigo d’Ile de France Mobilité est à moitié prix pour toutes les personnes de 62 ans sans activité professionnelle à quoi s’ajoute le passe Paris Seniors qui s’applique sous condition de revenus.

Mais la marche est le premier mode de déplacement des personnes âgées qui est un véritable parcours du combattant entre l’état dégradé de la chaussée et des trottoirs, les vélos, les trottinettes et autres objets roulants, les automobilistes peu scrupuleux vis-à-vis des piétons.

Cette année, monsieur Jeanneté le rappelait, sur les 15 piétons décédés, 11 d’entre eux avaient plus de 60 ans. Ils représentent 43% des piétons gravement blessés. Un piéton de plus de 75 ans court un risque 4 fois plus élevé d’être tué qu’un piéton de 45-64 ans. Donc la sécurité des personnes âgées devrait être la priorité de ce schéma sénior alors qu’il propose peu de mesures concrètes.

Notre groupe avait pourtant été porteur de nombreux vœux pour améliorer la sécurité des piétons à Paris, vœux qui ont toujours été rejetés par votre majorité.

Cette vulnérabilité à laquelle sont confrontés les séniors dans l’espace public les pousse même à réduire leurs déplacements, renforçant leur isolement.

L’isolement, voilà bien aussi un défi à relever à Paris où la moitié des personnes de plus de 75 ans vivent seules. Toutes les études le démontrent, le lien social permet de bien vieillir. Le lien numérique s’est lui aussi imposé dans notre société excluant violemment certaines personnes âgées des formalités de la vie quotidienne les plus élémentaires. Je veux parler de consulter son compte en banque, remplir des formulaires pour des renouvellements administratifs ou tout simplement pour sa ligne téléphonique : tout cela devient un enfer pour nombre de personnes âgées qui préfèrent renoncer à ces démarches.

Lutter contre l’isolement, c’est aussi avoir le réconfort d’un animal de compagnie auprès de soi lorsque l’on est dans un Ehpad. C’était l’objet de la délibération proposée par notre groupe l’année dernièe. Or aujourd’hui, aucune avancée de la mairie de Paris sur le sujet.

Et puis ce qui manque surtout dans votre communication, c’est la création d’un guichet unique vers lequel chaque personne âgée peut s’adresser quelque soit son problème. Car c’est bien là le problème : c’est l’accès à l’information. Oui il existe des solutions bien souvent proposées à nos séniors, mais ils ne savent pas toujours à qui s’adresser. Un point unique de renseignement très compétent sur tous les sujets serait le meilleur service à rendre à nos aînés.

Enfin les seniors, ce n’est pas que la fragilité. C’est aussi une ressource précieuse d’énergie et de richesse pour notre ville. Je pense notamment à toute la silver économie qui doit être encouragée à Paris mais qui n’est pas évoquée dans votre communication.

Bien vieillir, c’est faire ce que l’on faisait jeune mais différemment. Bien vieillir, c’est rester connecté, autonome, intégré socialement. C’est aussi vivre dans un environnement sécurisé et accueillant. Mais ça, c’est la politique que vous mettez en œuvre à Paris madame la Maire et ça dépasse le schéma sénior.

Je vous remercie.

Maud Gatel à propos de la Stratégie logement 2035 – Conseil de novembre 2022

Merci beaucoup madame la Maire.

Préoccupation majeure des Parisiens, ce débat est l’occasion de confronter les points de vue sur le logement. Certes, il aura fallu deux ans pour aligner la majorité sur cette question. Les visions opposées sur le logement au sein de la majorité ont donné lieu à de nombreux revers sur un certain nombre de projets d’urbanisme pour l’Exécutif.

 

Exit donc l’objectif du PLH de 30% de logements sociaux à horizon 2030 au profit d’un objectif de 40% de logements publics d’ici 2035. 

 

Alors bien sûr le logement est au cœur des enjeux budgétaires, de physionomie de la ville et de qualité de vie pour les Parisiens. Et nous avons des divergences structurelles avec vous sur ce sujet. 

Là où vous fantasmez un Paris libéré du marché, nous souhaitons que les Parisiens puissent continuer à se loger, y compris dans le parc privé. 

Là où vous cherchez la moindre parcelle à bétonner, nous ne voulons pas d’artificialisation supplémentaire. 

Là où vous vous satisfaites du quantitatif en matière social, nous aspirons aussi à un parc social de qualité.

Là où les promesses de ceux qui prennent soin de Paris pourraient être favorisées pour le logement social, nous souhaitons en faire une priorité. 

 

Paris est sur le point d’atteindre les 25% de logements sociaux et donc respecter la loi SRU ce dont nous nous réjouissons. Mais ce chiffre masque une réalité : combien de logements ont-ils réellement été produits depuis 2014 ? Peu, puisque plus d’un tiers des logements sociaux produits sont issus du conventionnement. Ce qui ne règle pas le problème des 135 000 demandeurs parisiens de logement. 

 

Or, nous défendons depuis toujours l’idée que ceux qui prennent soin de la ville, agents, policiers, professeurs, professionnels de santé, soient prioritaires pour l’attribution de logements sociaux. 

 

Mais dans cette communication, rien, absolument rien sur le sujet de la cotation, pourtant au cœur des problématiques du logement des agents de la ville. 

 

Être en passe d’atteindre les 25% de logements sociaux ne signifie absolument pas qu’il faille s’arrêter. Bien au contraire, une politique ambitieuse en matière de logement social passe pour nous : 

 

Par une meilleure répartition territoriale du parc de logement sociaux; entre le 2e arrondissement qui compte 6% de logements sociaux et le 19e, plus de 42%, il faut rééquilibrer l’offre. Nous continuons de considérer que la qualité de vie des habitants exige un maximum de 35% de logements sociaux par arrondissement.

 

Il faut aussi une plus grande mixité dans le parc social, quartier par quartier : en proposant, en allant jusqu’à proposer Mme Naget, l’accession sociale à la propriété qui non n’est pas une fin en soi mais qui doit être une opportunité y compris pour les locataires du parc social parisien. 

 

Un véritable parcours locatif, alors que le système est aujourd’hui absolument asphyxié avec un taux de rotation qui est tombé à moins de 4% au cours de la crise sanitaire : des pensions de famille, du logement très social au logement intermédiaire en passant par le logement social, et l’accession sociale à la propriété. 

 

Mais nous voulons aussi que les locataires du parc social vivent mieux : 

Pour cela, des travaux urgents sont nécessaires, certains immeubles n’offrant pas des conditions dignes de vie pour les locataires

L’adaptation du parc au vieillissement de la population ;

Une accélération de la rénovation thermique des logements, à la fois un impératif social et écologique

Une meilleure gestion locative chez les bailleurs

et une véritable incitation pour la politique de permutation, aujourd’hui encore, et malgré les dispositifs mis en place, réduite à sa portion congrue. 

 

Alors oui cette politique a un coût. La production de logement sociaux ne peut plus se faire par conventionnement et doit être faite par préemption, ou par transformation du bâti, par exemple, de bureaux en logement, même si nous en connaissons les limites. 

 

Pour créer 4000 logements sociaux par an et 4000 logements abordables par an, soit un niveau jamais atteint ces dernières années, en n’artificialisant pas davantage les sols, vous proposez de nouveaux leviers : 

D’abord de nouvelles règles d’urbanisme pour contraindre les acteurs privés à faire du logement y compris dans leurs projets de restructuration, à travers le principe de servitude de mixité fonctionnelle, un dispositif on ne peut plus risqué.

Le budget de la ville pour acheter des emprises appartenant à l’État mais l’explosion de la taxe foncière n’y suffira pas. 

Et la mobilisation des logements vacants, et nous incitons à la revalorisation du dispositif Louez solidaire qui reste insuffisamment attractif. 

 

Au MoDem, nous avons fait du logement accessible une priorité depuis 2008 et nous l’avons rendu possible dans la loi. Mais bien évidemment, avec un budget de 10 millions d’euros, le compte n’y est pas et ne permettrait pas le financement de 8 000 logements comme vous l’indiquez ! 

 

Alors comme Emile Meunier l’a indiqué, en mêlant les contraintes budgétaires et la volonté affichée de conserver les espaces de respiration, tout en ne tombant pas dans le collectivisme, l’objectif de 30% de logements sociaux et 40% de logements publics est totalement irréaliste. 

 

Je vous remercie.

« Older posts